03/09/2009

Un Calvin émerveillé

Calvin rigoureux, certes, Calvin et la mort de Servet, oui hélas, mais il y a aussi un Calvin ému devant l'amour de son Dieu. J'en veux pour signe sa traduction des versets 13 et 14 de l'un des plus grands psaumes, le 139: « Car tu as possédé mes reins, tu m'as couvert au ventre de ma mère. Je te célébrerai parce que terriblement j'ai été mirifié (...) » et le théologien précise sa traduction dans une note: « mirifié ou fait de merveilleuse manière ». Oui, pour Calvin, tout homme fut à son départ 'mirifié, de 'miri-facere' littéralement 'faire une merveille '; toute créature fut 'merveilleusement faite'. A méditer, non ?

Commentaires

Peut-être la traduction est-elle simplement... exacte. Par "merveilleux", à la Renaissance, il fallait entendre "miraculeux", et le mot n'était pas forcément porteur d'émotion. Est-ce que le néologisme lui-même pas un peu technique? Je serais plus convaincu, je dois le dire, par un écrit personnel du grand Réformateur. J'ai essayé de trouver l'anthologie de ses textes parue chez Folio, mais je ne l'ai vue que chez Payot. Il va falloir que j'y retourne.

Écrit par : Rémi Mogenet | 03/09/2009

(De fait, pour les théologies médiévaux, ce psaume devait s'appliquer surtout à Jésus - prophétiquement. Est-ce que Calvin a dit expressément qu'à ses yeux, il devait s'appliquer à toute l'humanité?)

Écrit par : Rémi Mogenet | 03/09/2009

(ThéologieNs" - erratum.)

Écrit par : Rémi Mogenet | 03/09/2009

J'étais très heureux à découvrir ce site . Je veux à vous remercier pour votre pour ceux time juste pour cette fantastique lire! J'ai vraiment apprécié Aimée partie il et I ont également vous marque-page à consulter choses sur votre site web .

Écrit par : Willis | 10/07/2013

Les commentaires sont fermés.