15/10/2009

PUBLICITE ET CENSURE – UN APPEL AUX ANNONCEURS

Publicitas, SGA, Tribune et autres journaux, cet appel est pour vous...!

On peut admettre que le pouvoir politique refuse d'interdire l'affichage des placards UDC. Il est en effet probable qu'un telle interdiction soit sujette à recours et que le remède soit pire que la maladie.

Par contre, si le politique a le devoir de fixer le cadre général du vivre ensemble et de le faire en interdisant le moins possible, les milieux économiques, eux, peuvent fort bien avoir un code d'honneur et promouvoir des valeurs autres que les limites posées par le politique.

 

 


 

Oui, l'économie peut être éthique.

 

La publicité peut-elle être responsable?

Oui! Oui, il est possible à Publicitas (régie publicitaire de la Tribune), à la SGA (la Société Générale d'Affichage), à Ringier ou à Edipress (les deux grands groupes qui dominent le paysage médiatique suisse) de refuser de publier une affiche même si elle n'est pas interdite par la loi. Oui, la morale peut aussi intervenir dans les affaires! Cela aurait probablement même plus de force qu'une décision politique ou juridique car on toucherait à l'argent, ici tant celui de l'UDC et autre MCG que celui des ce grands groupes médiatiques et l'argent peut être signe de position éthique! Surtout si cela coûte!

 

Un devoir citoyen

Le devoir citoyen n'est pas réservé aux... citoyens en tant qu'individus mais il est aussi du ressort des entreprises. On a vu dans le domaine de l'écologie, cette prise de conscience par l'économie d'une nécessaire morale citoyenne. Pendant des décennies, les milieux économiques ont méprisé toute valeur écologique, voyez ce qu'il en est maintenant: pas une entreprise qui ne prône l'écologie, pas une qui ne vende au moins un produit écolo...! Des grands distributeurs aux vendeurs de voiture, tous ont compris que la responsabilité de la vie commune et de la création est aussi leur affaire... tout en continuant à faire des affaires! On le voit aussi dans le monde bancaire maintenant que les banques, elles aussi, osent se vendre en promouvant leur comportement éthique (que certaines n'ont jamais abandonné).

Les grands annonceurs comprendront-ils que le respect de la vie commune est aussi de leur responsabilité?

 

 

 

 

 

 

Commentaires

J'ai bien peur que votre souhait soit vain... Si la lutte anti-UDC devenait aussi lucrative que la lutte anti-pollution, peut-être alors que les magnats des médias s'y mettraient.. Hélas, pour ce qui est des idéaux, je garde quant à moi une perspective plus pessimiste : l'argent reste en tête...

Bien à vous.

Écrit par : sandrine | 17/10/2009

Les commentaires sont fermés.