10/11/2009

Protestants et Chinois pour les droits humains

Enfin une bonne nouvelle!

Ouvriers de l’électronique en Chine:
Un communiqué étonnant sur la formation des travailleurs chinois à leurs droits:

Pain pour le prochain en Suisse et l’organisation non-gouvernementale SACOM (Students & Scholars Against Corporate Misbehavior)à Hong-Kong présentent un rapport qui fera date: pour la première fois, des ONG chinoises ont pu effectuer des programmes de formation des ouvriers à leurs droits dans les usines de deux fournisseurs de Hewlett-Packard. Un premier pas vers une nouvelle approche de la responsabilité sociale, basée sur la participation des ouvriers.





En 2007, Pain pour le prochain et Action de Carême ont lancé la campagne «High Tech – No Rights?» visant à attirer l’attention sur les conditions de travail précaires qui règnent dans les usines chinoises qui fabriquent nos ordinateurs. Dans le cadre de cette campagne, des milliers de consommateurs suisses ont envoyés des cartes postales aux firmes électroniques, exigeant des garanties concernant le respect des droits fondamentaux du travail. Les entreprises se sont tenues sur la réserve: seule Hewlett-Packard a accepté d’entrer en matière pour la réalisation d’un projet pilote de formation des ouvriers. «La démarche est progressiste: il s’agit de la première fois qu'un tel programme est réalisé dans le secteur électronique en Chine» souligne Chantal Peyer, de Pain pour le prochain.

Des organisations non gouvernementales chinoises ont élaboré un programme de formation destiné à deux fournisseurs de HP et visant à informer les travailleurs de leurs droits. Dans la première usine, située dans la ville industrielle de Dongguan, l’organisation non-gouvernementale LESN (Labor Education & Service Network) a réalisé une formation pour 1’549 ouvriers/ères. Durant cette formation, les travailleurs/euses ont pris connaissance de la loi chinoise du travail ainsi que du contenu du code de conduite qui a été adopté par leur usine (Electronic Industry Code of Conduct - EICC). Ils ont également reçu un manuel, en chinois, contenant des précisions à ce sujet. Après la formation les ouvriers/ères se sentent plus à même de communiquer avec la direction de l’usine.

Les activités entreprises auprès de la deuxième usine, Chicony Electronics à Dongguan ont été particulièrement impressionnantes. En l’espace d’un an, 2’714 travailleurs ont suivi un cours sur les droits du travail. L'ONG locale (Chinese working women network) a également mis en place une permanence téléphonique permettant aux ouvriers de communiquer, anonymement, leurs plaintes et préoccupations. La permanence téléphonique a été abondamment sollicitée concernant des questions liées aux salaires, au manque d’eau chaude pour la douche ou encore aux procédures de démission. Les préoccupations ont été transmises à la direction de l’usine et il a été possible d’éliminer un certain nombre de dysfonctionnements et de problèmes. Finalement, le programme a permis de former 10 représentants des travailleurs aux techniques de négociations, pour qu'ils gèrent eux-mêmes la permanence téléphonique et mènent des discussions avec la direction de l'usine.

Jenny Chan, directrice de l’ONG SACOM*, souligne que: “ces deux programmes pilotes ont montré que le dialogue est amélioré lorsque les cadres des usines connaissent les préoccupations et demandes des ouvriers. Mettre en place une nouvelle approche de responsabilité sociale exigera des efforts à long terme. Ces projets pilotes indiquent cependant la direction à prendre: une approche permettant aux ouvriers d’être partie prenante du processus d’amélioration de leurs conditions de travail.”

Le fait de travailler avec des ONG dans le cadre de ce programme de renforcement des capacités des travailleurs a été très positif, continue Ernest Wong, du département responsabilité sociale et environnement de HP. Les relations établies avec les organisations chinoises ont déjà permis de planifier de nouvelles formations.”

Les commentaires sont fermés.