03/04/2010

Mariez-vous et vous ne serez pas pédophiles!

NON! Le mariage n’est pas une thérapie contre les déviances pédophiles ! Quel amalgame détestable et quel mépris pour les couples et... les femmes!


Non, le mariage n’est pas une thérapie contre la pédophilie. Détestable proposition qui donne la nausée. Ne réduisons pas nos épouses, filles et amies à devenir les garde-fous contre de possibles déviances masculines. D’autant plus que les violences sexuelles contre les enfants, comme cela a été souvent répété, se passent souvent en famille, parfois même avec la complicité des épouses et mères.

Cette instrumentalisation jette également le discrédit sur le célibat et sur le mariage. Ce dernier devient paré de toutes les vertus possibles. Reflet d’une société qui cherche avidement à se prémunir contre tous les risques, toutes les difficultés, à s’assurer à l’avance de l’innocuité des gens, des systèmes et des événements. On le sait bien, comme tout projet, toute promesse, le mariage n’est pas sans risques. Au plan de la sexualité également il peut devenir le lieu de violences, de frustrations et de désirs pervertis.

Le célibat est aussi tout à fait honorable et respectable, qu’il soit celui de prêtres ou de moines et moniales, qu’il soit celui de citoyens et citoyennes non croyants. Il peut être un vrai projet. Toutes et tous ne sont pas pédophiles, et de loin.

 

Enfin  cet amalgame stupide ne fait pas avancer l'accès, inéluctable, d'hommes mariés à la prêtrise. Si jamais cela aboutit, j'espère bien que la motivation d'un prêtre à se marier ne sera pas sa peur de commettrre quelque acte pédophile.

Commentaires

Je suis entièrement d'accord avec vous.
Il est ridicule de lier les 2. Si un prêtre ne peut pas supporter le célibat, il se tournerait éventuellement vers des prostituées, comme beaucoup d'hommes, ou vers des relations adultes, ce qui se comprendrait. Mais un homme ne va pas être attiré par des enfants, à fortiori des garçons, simplement parce qu'il n'a pas de femme.

Le Pape prétend qu'il n'y a pas plus de pédophiles parmi les prêtres que dans le reste de la population. Une vraie étude à ce sujet serait souhaitable.

Bonnes fêtes!

L.

Écrit par : légensontétranges | 03/04/2010

A propos de votre dernière phrase et de ce drame qui frappe dans l'Église catholique enfants, familles, prêtres et fidèles, j’aimerais dire tout d’abord et en tant que pasteur, ma fragile solidarité devant cette déferlante d’une violence médiatique pas toujours honnête ni intelligente. Il est clair que ces actes sont inadmissibles et doivent être sanctionnés. Il est clair aussi que les silences de la hiérarchie vaticane, sa propension à se prétendre au dessus des lois et sa prétention insupportable de vouloir régler ces drames en son sein, n’aident pas et expliquent la facilité avec laquelle bien des médias se sont jetés sur cet os.
Mais il est étonnant que, selon mes connaissances, aucun journaliste ne se soit encore intéressé à ce qui peut se passer ou s'est passé dans les collèges et autres internats d'État, laïcs et civils... Je ne serais pas étonné qu'on y trouve des dérives analogues.
Il demeure que la prêtrise est ici atteinte et que ce qui se passe pose une vraie question à cette institution. A la différence d'un instituteur ou d'un responsable d'internat laïc, le prêtre est, par sa consécration et la fameuse succession apostolique de cette Église, représentant de Dieu sur terre, son médiateur indispensable. Au sommet de cette hiérarchie le pape, qui, prétend le dogme, est infaillible (certes dans certaines circonstances). Or on le voit, nul n'est infaillible, même pas le Pape... Cette infaillibilité et ce statut de personne "sacrée" accentuent le caractère ignoble de ces violence sur les enfants, les auraient-ils facilitées?
Au delà du comportement scandaleux de quelques membres du clergé, c'est cette prétention à l'infaillibilité qu'il faut mettre en cause et que l'Église romaine doit travailler.

Écrit par : Daniel Neeser | 03/04/2010

Tout à fait d'accord avec vous pour dire que faire l'amalgame entre pédophilie et célibat est absurde !

La pédophilie est une déviance sexuelle, au même titre que d'autres troubles du comportement, et tous relèvent de maladies psychiques.

On retrouve donc des pédophiles dans tous les groupes sociaux et dans toutes les tranches d'age.

Toutefois ce qui pose problème avec les prêtres pédophiles, c'est la place qu'occupent ceux-ci dans la société et le rôle qu'ils jouent au sein des paroisses catholiques : une référence morale en quelque sorte.

Le prêtre est auréolé d'une image d'infaillibilité dans sa paroisse. Or l'homme sommeille sous la soutane de la fonction, avec toutes ses faiblesses humaines ...

Par conséquent le dommage causé à l'Eglise catholique sera considérable, ce d'autant plus que par le passé, la hiérarchie a souvent couvert de telles perversités.

Il en va de la crédibilité et de la cohérence de l'Église catholique dans le cadre et le contexte du message qu'elle entend promouvoir.

C'est une belle leçon d'humilité et un signal fort qui appelle des réformes.

Ce signal sera-t-il entendu ?

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 03/04/2010

"Tout à fait d'accord de dire que célibat et pédophilie est absurde", alors pourquoi y avait il tant d'indulgence envers les actes pédophiles et tant de sévérité envers les prêtres ayant des liaisons maritales avec des compagnes ?
C'est le même débat qu'avec la burqua, en quoi les postulats religieux pourraient ils se substituer les lois de la nation ?
Regardons de plus les problèmes posés par les questions d'état-civils, ces dernières étaient administrées dans les territoires à majorité Catholique encore bien après la mise en place des codes civiles judiciaires, néanmoins les autorités juridiques ont continués d'appliquer ces règlements avec certains décalages décalqués sur les règles de l'église, une justice démocratique se doit de suivre l'évolution des moeurs et reconnaitre par exemple les dernières découvertes scientifiques ou tout autre forme d'évolution, "l'avènement" de l'ADN est venu bouleverser le code juridique, car il est incontestable !
Ainsi, va la trajectoire des nations de droit laïque, maintenant si une ou des catégorie(s) de personnes choisissent des modes de vie dysfonctionnant avec le reste de la société et que cela se manifeste par des déviances ou des violations des lois en vigueurs, il n'y a pas d'autre solution que de sévir et d'imposer des comportements en harmonie avec les décision qui ne sont que la seule expression admissible par l'ensemble de la communauté démocratique.
Dans le cas de la burqua, il existe une loi qui interdit de se cacher le visage en dehors de la période su mardi-gras, il s'agit d'une exception faite sur la base d'un rituel cadrée par une organisation faisant l'objet d'une autorisation, le système juridique à inclus cette dérogation dans la loi par le biais d'un décret, donc il est légale de se masquer dans le cadre de cette dérogation, dés lors nous n'avons pas à nous prononcer au travers d'une votation sur le droit ou pas du port de la burqua, mais aux institutions ou autres personnes morales ou physique de faire une demande de dérogation comme il en fut pour le mardi-gras !
Concernant la crise touchant l'église Catholique dans ces affaires de pédophilie, certains faits sont avérés et reconnus, la pédophilie est punissable pénalement, c'est donc à cette institution de régler les litiges ou autres formes d'infractions reconnues et avérées, toute personne ayant été reconnue coupable des tels actes, doit être déferrée devant le parquet, ensuite c'est à la justice de traiter le cas, que pourrait-ont faire ou dire de plus ?
Que le système Catholique génère plus de cas de pédophiles que d'autres groupes, accuser le célibat d'être la principale cause de cet état de fait ? Mener une enquête sociale afin de déterminer les pourcentages de cas par nombres d'habitants ? Pour en arriver à mettre en garde les autorités de cette institution afin qu'elle n'impose plus certaine pratiques ?
Pour le moment, le seule outils permettant de réguler ce genre de comportement est clairement décrit dans le code pénal, il suffit d'appliquer la justice démocratiquement admise et prendre en charge médicalement les personnes manifestant des éventuels danger pour les enfants.
Vu ce qu'il se passe, je ne pense pas que nous aurons encore beaucoup plus de cas de pédophilie dans les institutions religieuses et ceux qui ne pourront plus se passer de pratiquer ce genre de déviances au sein de l'église Catholique opterons de devoir la quitter !
"Chassez le naturel, il revient au galop !"

Écrit par : Corto | 13/04/2010

Les commentaires sont fermés.