11/11/2010

Ouverture des magasins : la consommation de soi

Vous avez peur?  Consommez, mais consommez donc ou le monde de l'autoconsommation de soi!

Vous avez peur?  Consommez, mais consommez donc, ou le monde de l'autoconsommation de soi!

Au delà des questions de protection de la vie familiale, de rythme de vie, de protection des vendeuses et vendeurs, cette votation et le débat qui l'entoure illustrent l'impasse dans laquelle nous nous enfonçons depuis 10 ans: la consommation comme réponse à la peur.

 

 

 


Car nous avons peur, le monde a peur. Peur de manquer: pénurie d'énergie et de ressources ; peur de l'autre: tous des dangers ; peur de l'avenir: chômage, délocalisations, peur…

Et pour vaincre cette peur on le remplace par la consommation : achetez, consommez, dépensez et vous vivrez, du moins vous oublierez vos soucis et votre peur disparaîtra.

On n’existe plus en tant qu’êtres humains capables de grandes choses, d’émerveillement et de solidarité. Dans plusieurs articles et prises de position des défenseurs de la dérégulation des horaires de la vente, j’ai remarqué qu’on emploie le mot de consommateurs pour parler des citoyens, de personnes, ou d'êtres humains. Le propos est manifeste : faire de chacune et chacun de nous des consommateurs dépendants de cette drogue nouvelle : pouvoir acheter n’importe quoi n’importe quand.

Ce monde-ci, cette nouvelle culture, (nouvelle civilisation ?) nous mène à la ruine : nous nous serons autoconsommés, autoconsumés.

 

Les commentaires sont fermés.