25/01/2011

Votation sur les armes à l'arsenal

J'éprouve un immense dégoût devant la dérive de la campagne actuelle. D'un débat sur la protection contre les dangers de la prolifération des armes à feu à domicile on a glissé vers un discours pour ou contre les armes. Or l'initiative demande simplement le dépôt des armes dans les arsenaux militaires ou civils en dehors de leur emploi légitime, et l'établissement d'un fichier suisse de leurs propriétaires.


Cette initiative ne désarme pas son peuple, comme l'écrit le colonnel Auer dans la Tribune (25 janvier), cela d'autant plus que les soldats n'ont plus les munitions avec leur arme depuis des années! Elle ne met en danger ni la chasse ni le tir sportif, elle demande simplement que, une fois le plaisir ou le devoir satisfait, l'arme soit remise à l'arsenal.

Cette initiative vise au contraire, et c'est sa valeur, des gens dangereux et populistes comme O. Freysinger qui se vante d'avoir son fusil sous le lit et prône de fait le meurtre comme défense (Tribune du 25 janvier).

Le pire dans ce débat est qu'on en est arrivé à faire croire qu'il est normal, nécessaire même, de posséder une arme pour se défendre! Cela promet de belles tueries! Par exemple quand le voisin, étranger, du député valaisan aura son arme sous son lit... Je rappelle que notre Constitution précise que la défense des citoyens est confiée à la police et celle de la patrie à l'armée (que cette initiative n'affaiblit absolument pas).

Et les arguments sur les mythes fodateurs de la Suisse, sur l'atteinte à l'armée, sur les valeurs helvétiques : quelle hypocrisie, quelle instrumentalisation par tous les partis du centre et de droite ! La règle de l'arme à domicile est récente: elle remonte à 1890, fut "vite supprimée en raison d'accidents" (Le temps du 25 janvier), et rétablie en 1940. Le PLR qui crie à l'atteinte à l'armée de milice, n'est contre que parce que ce projet vient de la gauche alors qu'en son sein même des voix envisagent le passage vers une armée professionnelle. Le PDC ne sait plus où donner de la tête (s'il en a encore une) pour garder des électeurs, il ne sait plus non plus ce que signifie son « C » : outre celle de chrétien, cette initiale aurait pu être celle de courage, elle est devenue celle de couardise. Quant à l'UDC, elle n'a plus à se battre : elle gagnera une fois de plus ; mais l'affiche de sa section 'jeunes UDC de Genève' est révélatrice : on sait enfin ce qui lui tient lieu de sexe ! A ce propos, cette affiche est actuellement placardée devant une école enfantine au Petit Saconnex (Genève): belle incitation pour les enfants...?

Ah oui, l'initiative interdit de donner au militaire son arme à la fin de son service obligatoire. Mais ce n'est que normal et juste, cette arme appartient au peule et devrait être utile pour les suivants, et cela évite la vente de fusils d'assaut suisses en... ex-Yougoslavie!