06/09/2011

Elections à la Cours des Comptes: le piège

Quel dégoût devant cette confiscation de notre pouvoir électoral. Au lieu de participer à l'élection d'un juge, nous sommes exploités par l'appétit  (ou la peur) des partis pour leurs prochains sièges fédéraux.


Tout à fait d'accord avec l'éditorial de P. Ruetschi dans la Tribune de ce 6 septembre: nous sommes piégés par des luttes de partis: "J'accepte de ne pas opposer mon candidat au tien à la Cours des comptes mais tu me soutiens lors des prochaines élections fédérales" !

Donc nous ne voterons pas pour des candidats choisis pour leurs compétences financières et politiques mais pour des pions placés sur l'échiquier de ces prochaines élections. Or il aurait fallu débattre justement de l'indépendance politique des candidats dans cette fonction hautement difficile, de leur capacité à résister aux pressions de leurs partis "sponsors" et c'est justement le contraire qui se passe: is ne seront élus que grâce à leur allégeance aux diktats et aux alliances contre nature des UDC, PLR, PDC, PS et autre MCG.

L'obéissance partisanne contre la compétence et l'indépendance, quel dévoiement de la responsabilité citoyenne. Nous ne servons plus à rien: autant voter blanc !

Commentaires

Cela me rappelle l'élection de Zappelli et en voila le résultat !
La situation à Genève est devenue pire qu'avant !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 06/09/2011

Avec mon respect pour vos propos, Monsieur Neeser, "L'obéissance partisane contre la compétence et l'indépendance, quel dévoiement de la responsabilité citoyenne. Nous ne servons plus à rien: autant voter blanc !" je souhaiterais tout de même vous demander ce que vous savez des deux candidats en lice pour affirmer que chacun d'eux fait le jeu d'intérêts partisans.

Merci de votre attention et le cas échéant, de votre réponse susceptible d'entrer en écho ou de contredire le sujet de ce blog: http://voix.blog.tdg.ch/

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/09/2011

A H. Richard-Favre.
Merci pour votre question. Vous êtes dans le mille: les qualités ou qualifications des candidats passent justement "à la trappe" car les récentes déclarations des partis et explications gênées sur leurs alliances contre nature jettent le discrédit sur les qualifications des candidats. Je n'ai pas lu (oou pas su trouver) d'articles qui expliquent les raisons de ces choix, montrent en quoi tel candidat est meilleur, quelle est sa vision de cette fonction, comment il (hélas pas elle) gérera les pressions qui ne manqueront pas de se faire sentir...

Écrit par : Daniel Neeser | 06/09/2011

Merci de votre réponse ici et sur mon blog aussi, Daniel Neeser!

Je comprends votre propos. Comme vous, je déplore ces mauvais jeux d'alliances, qui plus est, s'ils s'opèrent au détriment des candidats.

Chaque citoyen, idéalement, devrait choisir celui qui lui paraît le plus proche de ses affinités et tenter de rester à l'écart de ces polémiques intempestives qui s'ouvrent ici et là au sujet de la prise de position de tel ou tel.

Dans ce sens, j'ai pensé utile de poster ce soir sur mon blog le témoignage d'un ancien collègue de Daniel Devaud. Si d'aventure, la curiosité vous pousse à aller le lire, en voici le lien: http://voix.blog.tdg.ch/

Merci de votre attention,

Hélène Richard-Favre

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/09/2011

Et si jamais, Daniel Neeser, au cas où vous ne l'auriez pas vue, à la 6e minute de cette émission du 29 juin dernier, les deux candidats en lice s'expriment à propos du rôle éventuel exercé par les partis politiques dans le cadre de cette élection.

http://www.lemanbleu.ch/vod/geneve-a-chaud-29062011

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/09/2011

Pour l'Entente et l'UDC, il est assez clair que placer un Conseiller national, animateur/agitateur UDC à la Cour des comptes est un choix incongru qui révèle qu'Yves Nidegger est clairement un soldat de son parti envoyé au front à toutes les élections possibles et imaginables (Conseil d'Etat, Cons. administratif en ville, etc. etc.). Cela ne peut pas faire de lui un candidat sérieux, les ficelles sont trop grosses.

Pour ce qui est de Daniel Devaud, les choses sont autrement plus simples : il s'agit d'un juge compétent et parfaitement calibré pour ce poste. L'accord à gauche est d'ailleurs bien plus naturel et reproduit un schéma qui s'est déjà passé ces précédentes années.

Le choix est clair. Ce sera Devaud!

Écrit par : Sandro Minimo | 07/09/2011

Les commentaires sont fermés.