11/03/2012

Le droit de manifester menacé

La doite et les manifestantrs violents unis contre le droit de manifester. Black block et PLR même combat. Pourquoi n'avez vous rien vu?


Sombre dimanche, hélas.

Ce que je relève c'est l'alliance objective entre les manifestants violents, style black block, et la droite de notre parlement. Ils sont arrivés à leur fin: juguler le plus possible les droit du peuple et cela au mépris et du droit et de la vie citoyenne, les uns au profit de leur haine de la démocratie, les autres au profit de leurs privilèges déjà bien ancrés puisqu'ils n'ont pas besoin de manifester... Cette alliance est une menace grave pour notre survie dans un canton qui se ferme de plus en plus et préfère la sécurité à l'audace et au risque de la vie.

Il reste un espoir dans le recours contre cette loi au nom de son caractère anticonstitutionnel.

Commentaires

Pas d'accord avec vous Monsieur le Pasteur !

" Ils sont arrivés à leur fin: juguler le plus possible les droit du peuple et cela au mépris et du droit et de la vie citoyenne, les uns au profit de leur haine de la démocratie, ..."

Vous confondez droit du peuple et irresponsabilité des citoyens devant leurs actes !

La démocratie s'exerce dans les urnes, pas dans la rue ! Ceci est d'autant plus vrai en Suisse, où nous sommes appelés aux urnes plusieurs fois par année pour nous exprimer sur des problèmes de société tous aussi divers les uns que les autres.

Je ne vois ici aucune haine de la démocratie. Bien au contraire !
Pour que la démocratie puisse s'exercer librement il lui faut des règles, c'est la définition même de l'Etat de droit. Sans règles, l'anarchie s'installe et l'anarchie c'est la loi du plus fort.

L'histoire nous enseigne que la démocratie a perdu chaque fois que des manifestations ont dégénéré et que des abus ont été commis sur des personnes et des biens.
En 1958, la France était au bord de la guerre civile. De Gaulle a fait rédiger une nouvelle Constitution, taillée sur mesure pour lui -- celle de la "Vème République" --, conférant au Président de la République beaucoup plus de pouvoirs, au détriment de ceux de l'Assemblée nationale et du gouvernement. C'est donc bien d'un déficit démocratique auxquels ont abouti les événements dont il s'agit dans cet exemple.

En Suisse où tout est loin d'être parfait, il faut toutefois admettre que le peuple détient un pouvoir énorme comparativement à ce que nous observons dans les pays voisins. Le citoyen suisse a des droits, mais il a aussi des devoirs, et parmi ceux-ci, le respect des décisions démocratiques issues des urnes.

Je ne vois pas en quoi cette loi acceptée démocratiquement serait liberticide, sauf à vouloir déresponsabiliser le citoyen face à ses actes.

Aujourd'hui le citoyen genevois n'a pas été privé de droits démocratiques, il s'est lui-même, et démocratiquement, fixé des règles pour se responsabiliser

Bien à vous !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 11/03/2012

Les tribunaux sont totalement débordés, la prison genevoise est hyper-pleine, que veulent-ils faire ? Avouez leur faiblesse avec des menaces impossibles à réaliser ??

Faire comme le dictateur syrien dans sa déclaration du jour, "tant qu'il y aura des opposants, pas d'arrêt de l'armée" !

Au lieu d'écouter les revendications à la base, et de fait, devancer les éventuelles révoltes, non, ils veulent serrer les boulons, et pourquoi pas rétablir la peine de mort !!

Écrit par : Corto | 12/03/2012

Merci pour ces deux commentaires bien rédigés. Juste une précision et une correction.
La précision : si la loi votée et, hélas, acceptée n'avait pas inclus ce passage condamnant jusqu'à 100'000 d’amende des organisateurs "même n'ayant commis aucune faute", je ne me serai pas battu contre elle. Cette disposition est inique et illégale au regard du droit. Et quel parti, même de droite, peut réellement prétendre qu'il n'y aura pas de débordements lors d'une manifestation organisée par lui? J'ai été outré par les débordements, triste et déçu, mais justement ce sont les casseurs qui ont cassé et qui, jamais ne payeront, et pas les organisateurs. Le Grand Conseil s'est manifestement (!) trompé.

La correction: je suis d'accord de qualifier très positivement notre système démocratique mais combien de manifestations ont permis de vraies avancées démocratiques, p. ex,. le vote des femmes ? Je crains que cette loi empêche vraiment l'organisation de manifestations nécessaires, tout ne se règle pas toujours en premier dans les urnes.

Écrit par : Daniel Neeser | 12/03/2012

Monsieur, il n'y a pas à se justifier dans un pareil gâchis humain, au lieu de nous distancer de pays comme la Syrie qui vit ses derniers souffles de dictatures, nous venons, peuple à l'appui, de nous rapprocher des thèses les plus hasardeuses et indignes !

Un exemple, les provocateurs souvent utilisés par les polices elles-mêmes, y compris en Suisse ! Il suffit de lancer des voyous couverts et payés pour condamner les organisateurs de manifestations défendant des causes vitales ???

Et nous devrions faire confiance à une justice devant condamner d'éventuelles complicités en cheville avec les polices ???
combien de fois, ce sont les manifestants eux-mêmes qui ont maintenus l'ordre lors de manifestations contre ces provos toujours prêts à intervenir sur demande de certains politiques peux démocrates ???

Nous allons dans le mur, arrêter les casseurs reste le travail des forces de l'ordre public, vouloir d'office incriminer les organisateurs de manifestations de toutes les conséquences de débordements, bien souvent planifiés et organisés, et un abandon de la fonction public et une privatisation de la criminalité, où cela commence et où cela finit ? En général avec des stades de sport comme le vled'hiv ou les stades sud-américains sous domination des dictateurs fascistes !!!

De toute manière cette loi est inapplicable juridiquement parlant, certes la responsabilité incombera en premier chef aux organisateurs, mais il y aura enquêtes et les véritables coupables seront à leur tour, reconnus comme responsables, cela ne fera que compliquer les procédures judiciaires et ne changera absolument rien, si ce n'est que les organisateurs devrons se doter de caméras afin de prouver la culpabilité des casseurs !!

Un coup d'épée dans l'eau, comme toutes les initiatives allant vers une fermeture obtus et anti-démocratique alors que ce monde devra, vu le nombre d'êtres humains, allez dans l'autre sens !!!

Encore une défaite déguisée en victoire permettant de rassurer les naïfs bien-pensants de l'autre bord, l'udc et les populismes réactionnaires, pas très éloignés d'une certaine gauche à cours d'idées !!

Écrit par : Corto | 12/03/2012

Monsieur le Pasteur,

" ... tout ne se règle pas toujours en premier dans les urnes. "

C'est vrai, vous avez raison. Toutefois, il faut bien admettre qu'un processus démocratique procède par un murissement de l'opinion publique, processus que l'on souhaiterait certes voire plus rapide (ex. : le suffrage féminin que vous évoquez). Or aujourd'hui la formation de l'opinion publique dispose d'autres vecteurs autrement plus efficaces -- en terme de personnes sensibilisées -- que les médias de 1971 (date de l'introduction du suffrage féminin en Suisse). Ils ne se limitent plus aux manifestations dans la rue, ni aux journaux, à la radio, voire à la TV, mais s'appellent "internet" et réseaux sociaux. Le fait que nous soyons aujourd'hui tous les deux réunis sur ce site pour en débattre n'en est-il pas une preuve éclatante ?

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 12/03/2012

Jean d'Hôtaux, vous rendez-vous compte de l'aberration dont vous exposez les tenants ?

Internet devrait supplanter les autres moyens d'expressions, ouf les évolutions sont accompagnées de restrictions contraignantes et ancestrales, comme le fait de se réunir "physiquement" ?

Il faut arrêter la drogue !!

Si l'on suit votre raisonnement, on va nous mettre des puces électroniques dans le crâne et ensuite nous n'aurions plus qu'a être entreposés dans des sarcophages climatisés avec interdictions d'aller pisser ???

"Le fait que nous soyons aujourd'hui (encore) tous les deux réunis sur ce site pour en débattre n'en est-il pas une preuve éclatante ?"

En cas de révolte, nous enverrons des messages pendant que les dictateurs eux, enverrons leurs tanks dans nos rues ?

C'est peut être grâce à internet que les masses se révolterons en cas d'abus, mais internet ne sera pas là pour nous nourrir de légumes, de céréales et de poissons ? Jean, il va falloir appeler une équipe de spécialistes pour vous dé-incruster de votre écran !!!

Jean, internet est un outils, pas un tombeau !!!

Écrit par : Corto | 13/03/2012

Oui, vous avez raison Jean d'Hôtaux, on fait parler la démocratie dans les urnes, mais parfois on bafoue aussi la démocratie par des élections truquées. N'avez vous pas vu celle qui se passe en Afrique actuellement? Et c'est toujours les pays qui se disent civilisés qui sont derrière cet acte.

Bien à vous!

Écrit par : faire part | 14/03/2012

@ faire part

Mais qui a parlé d'argent ??

Écrit par : Corto | 14/03/2012

Les commentaires sont fermés.