03/06/2013

Asile : pas pour ceux qui disent non à la violence armée

Il n’aurait plus l’asile en Suisse ! Cette photo est celle d’un soldat soumis au régime soviétique en Allemagne de l’Est et, donc, contraint de tirer sur les fuyards qui, comme lui, franchissaient le Mur de Berlin pour chercher la liberté en Allemagne de l’Ouest.


Avec la nouvelle loi, il ne serait pas admis en Suisse car la désertion n’est plus reconnue comme un motif valable.

Photo désertion.JPG

Nous ne sommes plus dans les années de la guerre froide et le Mur de l’Est est tombé. Mais combien d’autres murs, combien d’autres guerres et combien de « soldats malgré eux » aimeraient pouvoir tenter ce saut mais ne seront pas admis en Suisse. Quand on voit la sauvagerie des guerres actuelles, civiles ou pas, qu’on sait les ordres de tuer proférés par des officiers au service de tyrans sanguinaires, on ne peut que se révolter contre cette loi qui empêche désormais tout soldat, qu’il soit syrien ou africain, russe ou américain, de dire NON à la barbarie et de préférer le risque de la désertion à l’ignominie de tuer les innocents.

Commentaires

On ne peut que voter NON à cette nouvelle revision de la Loi sur l'Asile. Merci de votre billet!
Claire-Marie

Écrit par : cmj | 03/06/2013

@Daniel Neeser,votez en votre âme et conscience sans vous soucier de ce que d'autres penseront .c'est par ces paroles que nous a été enseignée la politique en primaire.Aussi dès l'enveloppe reçue nous la remplissons et allons la remettre de suite a l'administration communale.De cette manière personne ne peut nous destabiliser à coups de conseils rappelant l'époque ou Jean-Baptiste ameutait les foules pour ce que l'on sait
Notre Général Guisan conseilla aux Suisses en son temps de ne plus écouter ni lire ce qui n'était que propagande Allemande.On se croirait revenu en ces temps là
Quand on sait les réformés Baptistes eux-mêmes ne pas vouloir mélanger les affaires d'Etat et la religion ,cela parait incongru et pourtant !
toute belle journée soleil pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 03/06/2013

Petite erreur ! Cette photo représente un Vopo qui fuit le Paradis Socialiste de l'ex-RDA qui avait construit le mur de Berlin afin que l'occident ne vienne pas perturber le régime de Honecker, grand ami des socialistes suisses puisque le président H. Hubacher passait ces vacances dans ce Paradis !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 03/06/2013

Pourquoi la Suisse pays européen accorderait l'asile à des érythréens en fuite, un pays africain ?
N'y a-t-il aucun pays proche en Afrique susceptible de le leur accorder ce fameux asile ?
Ceux qui veulent venir en Suisse, cher Monsieur, recherchent uniquement un revenu supérieur à la normale et non pas la paix ...

Y'en a marre des profiteurs du système !

Écrit par : Victor Winteregg | 04/06/2013

Le dernier commentaire repose la question des préjugés et de l'information. Sur quelle expérience, quelle information se fonde son auteur pour dire qu'ils sont "profiteurs" et pour proposer que les pays voisins les acceptent?

Et puis, quels sentiments animaient les milliers de réfugiés hongrois qui vinrent en Suisse en 1956 ou ceux de l'Allemagne de l'Est plus tard? Le mot "profiteurs" jette d'emblée le discrédit sur ces gens. Cette attitude est le fruit pourri de la campagne orchestrée depuis des décennies en Suisse sur ce thème.

Écrit par : Daniel Neeser | 04/06/2013

Les réfugiés hongrois en 1956 sont les derniers vrais réfugiés politiques. Ils ont fuit leur pays envahi par l'armée de l'ex-URSS avec la bénédiction du PS qui soutenait l'URSS. Lors de la manif genevoise aucun élu ou sympathisant du PS n'était présent. Tous les autres sont effectivement des profiteurs de notre hospitalité et de nos services sociaux !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 04/06/2013

Vous me faites bien rire avec vos guerre de Cent ans .c'est vrai depuis le temps qu'on sait de nombreux étrangers détestant ceux venus ensuite et qui ont le culot de vouloir profiter bassement de la solitude d' hommes et de femmes divocés,remariés et re-plantés une fois les papiers officiels remis,Re mettre sans cesse le métier sur l'ouvrage devrait cette énième fois inciter les Suisses à faire le bon choix.
Je comprends de plus en plus les trop nombreux Suisses et Suissesses tombés entre les mains de gens qui exploitent leurs sentiment et cela c'est vraiment pas honnête .Leur ras le bol surtout après deux expériences semblables les ont guéri de l'amour pour leur prochain à tout jamais
Amour et pitié n'ont jamais fait bon ménage surtout en couple!Mais l'amour rend aveugle dit-on,
Sans doute est-ce la raison qui conduisit Jésus à rendre la vue à un indigent afin qu'il reste sur ses gardes face aux mots d'amour qui très vite et ce de plus en plus en Suisse sont remplacés par le mot argent.

Écrit par : lovsmeralda | 04/06/2013

La logique voudrait qu'un véritable réfugié s'arrête après la 1ere frontière où il est en sécurité - c'est aussi une question de facilité d'intégration. Un extra-européen aura plus de difficultés d'adaptation à un climat, un mode de vie et une langue trop différente.
Tout le reste n'est que belles paroles irréalistes. Et soyons modestes: nous ne sommes pas les seuls à pouvoir accueillir des réfugiés, surtout lorsque nous n'avons à leur offrir qu'une vie d'assistés. Le respect de la dignité humaine devrait être le point primordial lors de l'étude des cas.

Écrit par : Mireille Luiset | 10/06/2013

Cher Victor Winteregg, je vous soupçonne d'avoir une connexion internet.
Une rapide recherche par ce biais vous aurait permis d'apprendre que la grande majorité des réfugiés africains se trouvent justement dans des pays voisins de leur propre continent et que c'est une minorité d'entre eux qui se projète en Europe.
Une fois de plus les idées toutes faites se retrouvent assénées comme des vérités. Quel dommage.

Écrit par : Xavier Chef | 10/06/2013

Les commentaires sont fermés.