28/11/2013

Interdiction de la prostitution, un débat qui n’a pas eu lieu

Le débat organisé par la Tribune au café des Savoises ce jeudi 28 novembre sur l’étude pénalisant les clients des prostituées n'a pas eu lieu. Hélas


En effet deux discours se renvoyaient la balle. Celui, idyllique de la responsable du syndicat des travailleuses et travailleurs du sexe qui présentait la prostitution libre et volontaire comme la norme et l'autre, masqué, du député du PEV (parti évangélique vaudois) qui essayait tant bien que mal de prétendre que l'initiative visait la traite de tout être humain et non l'abolition de la prostitution.

Entre les deux pas de vrai débat, sinon quelques lieux communs sur les dangers de l’abolition et d’autres sur l’exemple qu’offre Genève dans sa merveilleuse gestion de cette activité. Rien ou presque sur la solitude et le mal être des hommes, rien sur la domination machiste et violente subie par les prostituées sinon quelques affirmations de praticiennes présentes dans la salle que « c’est un vrai métier et qu’on peut/doit choisir ses clients », rien ou si peu sur les réseaux mafieux, sinon une trop brève allusion à l'immobilier et ses tarifs usuriers imposés aux prostituées, rien non plus sur le proxénétisme sinon qu'il est interdit…

Quant au PEV, son représentant n’a pas réussi, faute de le faire dès le début, à préciser l’objectif de l’interpellation du parti qui se veut une étude et non un projet de loi. De plus il esquive la réponse à l’intelligente interpellation du public sur « ce qui se cache » derrière son discours, on a même entendu le politicien défendre la prostitution libre et volontaire ! Rien donc sur les présupposés moraux, voire doctrinaires du PEV et sur sa très probable condamnation de la prostitution. Il savait ou devait savoir qu’il serait cherché sur ce terrain d’une morale décriée.

 

On aurait aimé entendre aussi les mots de tendresse, de besoin, de respect, réalités qui peuvent se trouver aussi dans les bras d’une prostituée. Dommage, on est ressorti sur sa faim.

Commentaires

@Monsieur Neeser,très jolie fin de texte et pourquoi toujours s'en prendre aux prostituées.Elles étaient à une certaine époque les préférées d'un illustre Sage qui savait mieux que quiconque les nombreuses manières d'appréhender l'existence qui existent en chaque humain
Même les contes comme celui du Petit Chaperon Rouge peuvent parler de la prostitution,la Grand -Mère ou Mère- Grand était peut-être une prostituée et le loup un proxénète ,personne ne peut affirmer le contraire
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 29/11/2013

Les commentaires sont fermés.