26/02/2014

Salaire minimum, les pauvres arguments de M. Schneider-Ammann

La Tribune du 26 février présente les trois arguments de M. Schneider-Ammann pour s'opposer à l’initiative. Pauvreté de la réflexion, hypocrisie, real-politique, cynisme, mon cœur balance...


1er argument: "Cette initiative menace l'emploi". Mais la première menace n'est-elle pas celle des salaires si bas qu'ils ne permettent pas de vivre?

2è argument: "Laisser les employeurs, partenaires sociaux et branches professionnelles régler le problème". Mais je ne vois pas le Conseil fédéral très actif pour défendre les CCT et le travail des syndicats.

Dernier argument:  "Nous avons relativement peu de travailleurs pauvres en Suisse (sic!). Mais un salaire de 3500 francs, dans certaines régions, c'est peu, trop peu mais cela peu suffire (sic!) Et si cela ne suffit pas il y a les aides de l'Etat (sic!)".

Cette dernière argumentation est le sommet de l'incompétence politique, ou de l'hypocrisie car le Conseiller fédéral y fait l'aveu que les salaires actuels peuvent être trop bas pour vivre mais que cela peut suffire... Je ne comprends pas. Je n 'ai pas entendu non plus le PLR et les autres partis bourgeois défendre ardemment l'aide sociale de l'Etat et son coût.

Ainsi pour M, Schneider-Ammann c'est l'Etat qui doit palier les carences et injustices de l'économie? Et, en même temps son parti demande moins d'Etat et moins d'impôts. Je comprends de moins en moins. Mais le pire est que l'on prévoie d'emblée la pauvreté et prône l'humiliation de dépendre de l'Etat pour gérer l'économie. Déplorable!

Les commentaires sont fermés.