11/03/2014

Blocher, Erasmus et Jeunes socialistes: naïveté et arrogance

La naïveté des jeunes socialistes est grande: s'allier avec le fondateur de l'UDC, même pour une bonne cause. Le ver aurait été dans le fruit. L'arrogance de M. Blocher est immense mais on y est habitué: l'argent comme un baume sur une blessure si grave!


Emportés par une louable volonté de défendre les étudiants privés par l'UDC de séjours à l'étranger, les socialistes ont commis leur première faute politique en invitant ces derniers à répondre positivement à l'offre de Chr. Blocher de financer lui-même les voyages et séjours universitaires annulés. Faute qu'une telle mésalliance! 

L'arrogance du zurichois est immense: une fois de plus il pense que l'argent peut tout résoudre et qu'il suffit d'avoir quelques millions dans telle banque pour qu'on fasse appel à lui. On ne peut faire confiance à ce parti et à cet homme qui n'ont cessé de dire tout et son contraire, de souffler le chaud et le froid. Comment croire que le tribun zurichois allait s'opposer à son propre parti et renier ses engagements? Et, si jamais l'aide financière était venue, mais on se demande selon quels critères et à quelles conditions, cet argent aurait gardé une certaine odeur... Autre faute des jeunes socialistes.

Quant à M, Blocher, il se renie une fois de plus en renonçant maintenant à cette aide financière au profit d'un "engagement politique" en faveur de ces projets. Là encore on devrait rire si ce n'était autrement plus grave. C'est avant qu'il fallait le faire.

Commentaires

Je suis d'accord avec vous sur le fond, mais je pense que vous vous méprenez sur l'intention initiales des jeunes socialistes et des étudiants. Le but de la manœuvre n'était pas d'obtenir de l'argent, il était évident dès le départ que ça n'arriverait pas. Le but était d'abord de démontrer combien Blocher avait tort lorsqu'il disait que cette perte n'était dommageable pour personne, ensuite de le mettre devant ses responsabilités et de montrer au grand jour quel fieffé menteur il est. Et, sur les deux plans, l'action a parfaitement atteint son but.

Écrit par : Dominique Eckert | 11/03/2014

@ D. Eckert: Merci de votre réponse. Je crois cependant qu'une telle démarche est contre productive: pourquoi ne pas avoir d'emblée mis Blocher devant ses responsabilités? et ne pensez-vous pas que des étudiants ont pu se sentir trompés à leur tour? En matière de politique l'attaque claire dès le début est une meilleure arme.

Écrit par : Daniel Neeser | 11/03/2014

«Quant à M, Blocher, il se renie une fois de plus en renonçant maintenant à cette aide financière au profit d'un "engagement politique" en faveur de ces projets.»

Surtout que certaines demandes étaient pour le moins hallucinantes. Tout juste si d'aucuns ne réclamaient pas villas, piscines et limousines avant d'avoir plantés un seul clou.

Je pense que M. Blocher a mis le doigt où ça fait mal: Sur le rapport prix/qualité de ces programmes.

Écrit par : petard | 11/03/2014

Les commentaires sont fermés.