07/04/2014

La sécurité ou l’espérance ?

Refus de l’immigration, interdiction à vie pour les délinquants sexuels de travailler avec des enfants, fermeture des frontières, des milliards pour la sécurité aérienne, procureur pur et dur ! Assez !


Noire société, Genève, la Suisse étouffe par manque d’espérance. Ecoutez autour de vous, regardez les visages dans les bus. Nous avons besoin qu’on nous parle d’espérance. Or l’espérance ne se peut qu’au risque de l’ouverture, de la barrière levée, de la porte ouvrable. Espérer c’est confesser son besoin. Besoin d’autre chose, besoin de l’autre, besoin de plus que moi. Besoin de vivre tout simplement. De vivre et de vibrer, de rencontrer le différent. Besoin et aveu que je ne suis pas le tout, aveu que je ne peux pas tout, que je ne sais pas tout et que l’autre m’est indispensable, qu’il soit appenzellois ou qu’elle soit européenne.

 

Nous avons besoin de paroles d’espérance et non de ces discours qui font croire que l’on ne peut vivre que barricadés. Assez de cette litanie sur la sécurité, assez de ces démarcheurs qui nous culpabilisent si nous n’avons pas trois barres de sécurité et dix verrous, assez de cette peur de l’autre et du refus de l’Europe. La « valeur sécurité » l’emporte sur l’amitié, le simple bonjour, le désir de l’autre, le regard amical. « Sécurité », les thuriféraires de la République et de la Confédération n’ont que ce mot à la bouche. Si on les suit notre avenir sera un pays inviolable de l’extérieur, donc une prison. Mais l’actualité toute récente nous montre que même la prison n’est pas sûre pour ceux qui y vivent… Belle image de ce qui nous attend, nous qui pensons encore être de l’autre côté des barreaux.

Commentaires

Monsieur Neeser ,enfin j'attendais un message de ce genre.Merci
Car en voyant l'intolérance générale demandée pour tout obtenir , de la qualité, de la vitesse du bon du propre etc etc tout ceci montre le non sens actuel
Ce degré d'intolérance qui va en se généralisant et de plus en plus ressenti fait peur et oblige de nombreux citoyens à ne même plus vouloir sortir de chez eux
Ceux qui luttent contre l'informatique avouent en riant,mazette la machine a carrément implosé les neurones de ces perfectionniste de l'environnement qui oublient qu'en son temps la biodiversité existait justement par ce que la tolérance existait elle aussi
très belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 08/04/2014

Les commentaires sont fermés.