12/05/2014

Qu'elle avait raison, c'était une question de dignité


DSCN1090.JPG

Nous étions une dizaine à avoir répondu à l'appel d'une amie qui ne pouvait célébrer la fête des mères avec ce qui s'est passé et se passe au Nigéria. Peu importait le nombre, peu importait l'efficacité, peu importait que les mère nigérianes n'en sachent jamais rien (encore que...). Il fallait, ne serait-ce que pour notre propre dignité, pour le respect que nous nous devons et que nous devons à l'humanité blessée, qu'un acte fut posé. sur la place publique, près de Clémentine, symbole des luttes des femmes. Dont acte. Et merci au patron de la glacerie voisine pour les cafés offerts.

 

 

Les commentaires sont fermés.