22/10/2014

Un monde qui a grandi trop vite

« Votre attention s’il vous plaît. Le train au départ de Genève à 12h30 et à destination de Nyon, Morges, Lausanne, Vevey est annulé à cause d’un accident de personne ». Je prenais un café en gare de Cornavin quand cette information m’a touché. 


Voilà un nouveau drame, car « accident de personne » signifie généralement que cette personne s’est jetée sous un train. Et je pense à son drame solitaire avant, à ce qui a pu la conduire à ce geste ultime et si provoquant. Quelles pertes de repères, de relations proches et lointaines, de sens de la vie et d’espérance l’ont conduite à ce geste définitif ? Et ma pensée vagabonde, rejointe par cette autre information qui tourne en boucle sur les médias : ces jeunes européennes et européens qui partent au Moyen-Orient faire une guerre qui n’est pas la leur. Là encore, la famille n’a rien vu, ils et elles semblaient normaux, stables et pourtant il leur manquait quelque chose : un sens à leur vie, une cause pour laquelle se sacrifier, une espérance communautaire, un partage ?

Et d’autres informations qui font aussi la une des médias suisses surgissent en moi : la prochaine libéralisation du marché de l’électricité, Ecopop, Ebola. Quel lien avec ce qui précède, m’interrogeais-je.

Ce lien ne serait-il pas dans notre difficulté actuelle de nous relier à quelque chose, à quelques’uns, à des  repères connus, - maîtrisables en quelque sorte-, empêtrés que nous sommes dans des relations distendues, à dimensions tellement planétaires et insaisissables qu’elles en deviennent anxiogènes. Un monde qui a grandi trop vite, dont l’ouverture donne le vertige.

Quel lien, sinon la perte des rapports immédiats, que ce soit à ses proches, à la nature, ou à l’économie. A propos de cette dernière, il faut sans cesse se rappeler que le mot grec oiko-nomia veut dire loi de la maison. Quand cette maison devient tellement grande et ouverte à tous vents, quand on ne sait plus où est le dedans et le dehors, quand elle n’est plus une maison au sens familier et rassurant du terme (le foyer, le refuge, la sécurité) mais un supermarché, n’est-il pas normal d’y être désorientés ? On ne se rencontre pas sur un escalier roulant, on s’y croise, on ne crée pas de relations en poussant un caddie, on s’évite.

Et, comme pour enfoncer le clou, l’information nous donne à croire que nous sommes responsables, sinon coupables de tous ces maux.

 

Je précise à l’intention des lecteurs et lectrices qui déduiraient de ces lignes que je serais favorable à l’initiative Ecopop, que ce n’est pas le cas. Le simple fait qu’elle propose de financer le contrôle des naissances en Afrique me rend ce texte odieux. Je pensais qu’on était sorti de l’ère colonialiste !

Commentaires

"Le simple fait qu’elle propose de financer le contrôle des naissances en Afrique me rend ce texte odieux."

Euh, cela fait des décennies que les pays développés, notamment la Suisse, financent des programmes de planning familial en Afrique et ailleurs*. Les églises protestantes y participent à l'occasion. Si vous trouvez ça odieux, vous n'avez pas fini de vous scandaliser...


*Que ces programmes soient réellement utiles est une autre question.

Écrit par : Plouf | 22/10/2014

@Monsieur Neeser excellent article et qui reflète si bien un monde ou ils sont nombreux à se prétendre solidaires les uns des autres et qui pour le prouver trouveront sans cesse excuses pour éviter à ce qui ressemble de plus en plus à une corvée comme par exemple dire bonjour et comment allez vous?
Mais on est sauvé Noel approche et tous bizarrement seront solidaires,une fois pas an qu'est-ce que cela coute du moment que cela ne dure pas longtemps mais ne rêvons pas dès les premières émissions tv le mal n'a fait que progresser et avec Internet et les textos inutile de dire que ce sont toujours les mêmes qui feront les premiers pas pour se rappeler au bon souvenirs des vivants morts qui eux voteront sans doute pour Ecopop car trop influençables sont -ils tous devenus par un gavage d'images comme jamais depuis les années 70
Comment pourraient -ils réfléchir on leur met entre les mains dès leur premier souffle des consoles pour remplacer papa ou maman voire les grands parents,pauvre monde !
Ceci étant on en parle depuis 2006 et rien n'a changé donc il nous appartient à nous plus âgés d'agir en leur prouvant que tolérance et patience portent de meilleurs fruits qu'intransigeance et obligations à ceci ou cela
Personnellement j'ai vécu tellement de drames humains et personnels qu'avec le temps je suis devenue sage comme une momie regardant le ciel et attendant patiemment que le texto envoyé en certaines période ait enfin terminé sa course autour du monde pour recevoir une réponse prouvant que je suis encore vivante /c'est peut-être le début de la sagesse qui sait/rire
très bonne soirée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 22/10/2014

Les commentaires sont fermés.