14/11/2014

Heureusement, il y a Philae

Quel bonheur que cette sonde et cette exploration d’une comète ! Un peu de bonheur dans ce monde de brutes et l’exemple que les humains peuvent travailler ensemble, se compléter et réaliser des exploits hors du commun.


Le robot est appelé Philae, nom d’une île dans le Nil, haut lieu de la culture égyptienne, dont les temples furent sauvés des eaux par un élan international, la sonde se nomme Rosetta, du nom d’une stèle où figurent trois textes dans trois écritures fondatrices de grandes civilisations : hiéroglyphique, démotique et grecque, la comète porte le nom Tchourioumov-Guérassimenko, deux scientifiques, un homme et une femme, les deux russes et ukrainiens, les scientifiques qui travaillent à l’Agence spatiale européenne, matrice de cet exploit, viennent de toute l’Europe et sûrement de plus loin encore, la Suisse en est partie prenante : les sept caméras qui fournissent les images de la comète ont été conçues par l'institut neuchâtelois de recherche CSEM... 

Alors oui, un grand MERCI à ces femmes et ces hommes qui ont su mettre ensemble leurs forces et leur temps, pensez la sonde est partie il y a plus de 10 ans ! Ils et elles nous offrent un beau cadeau et nourrissent notre espérance et notre confiance en l’humanité. On en a bien besoin. 

Commentaires

"exploration d’une commette"

Et la commette vous fait perdre votre latin, ou plutôt votre grec. Rappelez-vous de vos études : c'est κομήτης, un seul μ, un seul τ.

Écrit par : Tagada tsoin tsoin | 14/11/2014

Les commentaires sont fermés.