04/02/2016

Les sirènes ont bien fonctionné

Les sirènes ont bien fonctionné, à l’heure et en rythme, le pays est bien protégé, merci ! Tout va très bien madame la marquise, tout va très bien…


Et pendant cela une des plus grandes industries suisses, Syngenta, se fait acheter mais « les perspectives d'avenir sont vraiment brillantes pour Syngenta », chante son directeur, tout va donc très bien Madame la marquise… les sirènes fonctionnent et les actionnaires ne perdent rien.

Et pendant cela notre ministre de l’Economie avoue ne rien y pouvoir car ce sont les lois du marché et les banques suisses continuent à pourrir tant leurs valeurs que celles de la Suisse car ce sont les lois du marché. Tout va très bien Madame, les sirènes fonctionnent... et Lois-du-Marché se frotte les mains.

 Et pendant cela l’UDC continue à faire croire que l’ennemi c’est les réfugiés et à répandre son venin à tel point qu’on ne sait plus que dire ni que faire, mais tout va très bien, les sirènes fonctionnent... et l’UDC pavoise.

 Et la guerre, la violence et la mauvaise foi font école au Moyen-Orient à tel point qu’on refuse de parler, de se voir, d’envisager la paix comme objectif, mais tout va très bien, les sirènes fonctionnent... et le marché des armes fleurit.

 Alors, que Madame ne craigne rien. Tout va bien, les sirènes ont fonctionné et à l’heure.

Commentaires

Ne pourrions-nous pas nous réjouir qu'une société presque aussi toxique que Monsanto ne soit plus en mains suisses ?

Écrit par : Pierre Jenni | 04/02/2016

Oui... et non car en ce qui concerne cette société effectivement toxique la question n'est pas tant en quelles mains elle se trouve mais comment la convertir ou, pour le moins, la rendre moins toxique

Écrit par : Daniel Neeser | 04/02/2016

Oui, c'est bien la question fondamentale. Mais il sera évidemment plus facile de dénoncer les dérives des sociétés transnationales si elles ne sont pas suisses et idéalement si elles ne disposaient plus de siège dans notre pays.
Alors pourrions-nous exploiter plus efficacement nos outils précieux comme notre neutralité en étant cohérents dans le discours.
Je ne sais comment font nos autorités pour ménager la chèvre et le choux. On ne peut abriter l'ONU et toutes les ONGS qui gravitent autour tout en accueillant à bras ouverts les sociétés qui violent ouvertement et impunément les conventions de Genève.
Mais je m'excite peut-être un peu vite. Les sociétés transnationales sont déjà en train de filer ailleurs, vers des pays moins regardants sur le respect des droits de l'homme.

Écrit par : Pierre Jenni | 04/02/2016

Les commentaires sont fermés.