14/04/2017

De la violence du monde à l'autre violence - 6. Vendredi et Samedi saints: Le temps du silence de Dieu et en Dieu

La mort de Jésus : Jésus a été crucifié. Au pied de la croix, des femmes, sa mère, sa tante, une ou deux autres, un disciple, celui à qui Jésus confiera sa maman. puis, enfin, le dernier cri de Jésus : ‘tout est fait, accompli’ et Jésus rend son souffle. Suivent alors les rites funéraires habituels qu’il faut accomplir avant le début du sabbat : décrocher le corps, trouver un sépulcre, y déposer la dépouille avec les parfums et aromates habituels. Les femmes et un disciple encore inconnu, Joseph d’Arimathée, s’en chargeront. Et commence dès le soir de ce vendredi le silence du sabbat, le repos de toute tâche jusqu’au jour d’après, le premier de la semaine où il faudra bien reprendre la vie normale. Ce sera notre dimanche.

Dieu se tait, Jésus a rendu l’âme. C’est le temps du silence.


Celui de Dieu, celui de son Fils, celui de ses amis. Puis vient le temps du respect dû aux morts, à la mort sous toutes ses formes car, elle aussi, fait partie de la création. Accompagner ce qui reste et se taire. Faire silence devant la mort, devant les morts, celle de Jésus, les vôtres comme celles les enfants d’Alep ou les noyés de la Méditerranée. C’est le temps du respect de la limite de toute chose y compris la vie humaine et notre impuissance. Il y faut de l’attention, beaucoup d’attention, de la douceur, peut-être même de la lenteur pour accompagner et être accompagné dans ce temps.

Faites silence en ce jour.

Le texte que je vous propose pour illustrer mon propos se trouve dans un livre de la Bible (dans le Premier testament), l’Ecclésiaste ou Qohélet (ch. 3), un recueil de sagesse :

Il y a un moment pour tout, un temps pour chaque chose sous le ciel : un temps pour mettre au monde et un temps pour mourir ; un temps pour planter et un temps pour arracher ce qui a été planté ; un temps pour tuer et un temps pour guérir ; un temps pour démolir et un temps pour bâtir ; un temps pour pleurer et un temps pour rire ; un temps pour se lamenter et un temps pour danser ; un temps pour jeter des pierres et un temps pour ramasser des pierres ; un temps pour étreindre et un temps pour s'éloigner de l'étreinte ; un temps pour chercher et un temps pour perdre ; un temps pour garder et un temps pour jeter ; un temps pour déchirer et un temps pour coudre ; un temps pour se taire et un temps pour parler ; un temps pour aimer et un temps pour détester ; un temps de guerre et un temps de paix.

Ce texte de sagesse nous invite à l’acceptation de ce qui nous est imposé, au respect de ce que nous ne maîtrisons pas et à la simplicité. Faites silence.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.