25/11/2017

La procédure, c’est la procédure, la mère n'enfantera pas !

Et pourtant l’enfant est mort, et pourtant la mère était enceinte, et pourtant elle criait, elle disait « contractions ». Et son mari criait et sa sœur criait. Mais il y a la procédure à appliquer. DSCN0681.JPG


Tant pis si elle est enceinte, tant pis si « on les met » dans le train suivant, tant pis s'il ne part que dans deux heures et qu'elle va accoucher, c’est la procédure. Et pourtant elle a crié, elle a dit « contractions » et son mari a crié et sa sœur a crié. Lucide, le papa a ajouté qu’il a de quoi payer car il pensait qu'il fallait payer pour aller à l’hôpital, même quand c’est urgent. Mail il y a la procédure.

A quoi sert de crier, à quoi sert de souffrir, à quoi sert d’être enceinte, à quoi sert de ne plus pouvoir marcher et qu’il faille être portée dans le train qui sera celui de la mort ? A rien, c’est la procédure.

NON, ce n’est pas la procédure. Ce ne doit pas l'être.

La procédure ? Elle eût été d’écouter, tout simplement d’écouter la souffrance, la peur, d’écouter la mort qui rôde, affamée de ce petit d’homme.

Mais écouter les plus faibles, les réfugiés-refoulés ne fait pas partie de la procédure ! De toute façon « ils ne sont pas crédibles, ils mentent tous pour sauver leur peau » mais la procédure, elle ne ment pas. Non, mais elle tue un enfant et blesse une famille, les gardes-frontière aussi... 

 

12:32 | 12:32 | Politique fédérale, Résistance | Politique fédérale, Résistance | Lien permanent | Lien permanent | Commentaires (0) | Commentaires (0) | | |  Facebook |  Facebook | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.