11/01/2018

No Billag : l’étonnant soutien de l’UDC

L’UDC a construit son idéal politique sur l’indépendance de la Suisse, sur une identité puisée dans son histoire vue à travers le prisme d’un pays résistant, seul contre tous. Le refus des juges étrangers est encore le slogan-phare du parti.


Dernier exemple, son initiative déposé au parlement 'Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initiative pour l’autodétermination)'. En voici l’art. 4 « La Constitution fédérale est placée au-dessus du droit international et prime sur celui-ci, sous réserve des règles impératives du droit international »et l’art. 56a« La Confédération et les cantons ne contractent aucune obligation de droit international qui soit en conflit avec la Constitution fédérale.En cas de conflit d’obligations, ils veillent à ce que les obligations de droit international soient adaptées aux dispositions constitutionnelles, au besoin en dénonçant les traités internationaux concernés. »

On est en pleine contradiction : No Billag justement va livrer les médias suisses aux puissances économiques hors de Suisse. Il n’y aura plus aucune possibilité de négocier, encore moins de dénoncer les contrats internationaux avec les grand groupes de presse car ces derniers ne font pas de politique mais bien de l'argent. 

Commentaires

Le tort de la TV est de ne pas colporter l'idéologie UDC et l'ultra-libéralisme.

Dans le même sens, l'UDC préfère une Europe démantelé soumis aux puissances du monde, à une Europe indépendante.
Qui peut mieux défendre la Suisse face aux autres puissances ? Il n'y a que l'Europe. La Suisse n'étant pas invité dans les grandes discussions internationales.

A se demander parfois si certains chefs UDC ne sont pas des marionnettes des grandes puissances.

Écrit par : motus | 11/01/2018

Merci pour la clarté de vos explications.
Ces nuances échappent certainement à la majorité de la population qui se contente actuellement de quelques slogans.
Il est triste de constater que plus les études sont poussées, plus la dynamique dialectique régresse...!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11/01/2018

C'est bêtement par rancune que l'UDC soutient cette affreuse initiative.

En effet les membres de ce parti et leurs supporters estiment que les journalistes, les émissions et donc la ligne éditoriale de la RTS sont beaucoup trop éloignés de leurs propres convictions. Il serait par conséquent grand temps de "fermer le caquet à cette bande de gauchistes"….

C'est tout, leur raisonnement ne va pas plus loin que ça….

Écrit par : Vincent | 11/01/2018

C'est un erreur de croire que la Confédération laissera filer la "nouvelle SSR" dans les mains d’investisseurs d'outre Rhin ou Jura.
Je fais largement confiance à nos dirigeants pour éviter cette gabegie.

Écrit par : Charly Schwarz | 11/01/2018

Pas d'accord avec Charly Schwarz: d'une part nos dirigeants (Conseil fédéral et chambres) sont partagés même si,probablement, la majorité est contre No Billag, d'autre part, et c'est le plus important, s'ils entrent en mantière, ils seront dans un rôle impossible à tenir: accepter et organiser ce contre quoi ils se sont battus (plus ou moins) et ce sera un échec programmé: l'initiative ne peur donne aucun moyen et les initiants feront tout pour les discréditer, les accuser de ne pas respecter la volonté populaire et saboter leurs tentatives. Voyez ce qui se passe avec l'initiative UDC sur l'immigration...
Enfin je vois poindre un danger face à cette nouvelle manière de faire de la politique, soit lancer des initiatives en sachant sciemment qu'elles sont impossibles à mettre en place et laisser le gouvernement se dépatouiller pour cette tâche. Il s'agit là d'une attitude infantile et totalement irresponsable. L'UDC est friande de cette pratique.

Écrit par : Daniel Neeser | 11/01/2018

"On est en pleine contradiction : No Billag justement va livrer les médias suisses aux puissances économiques hors de Suisse." Il y a deux types d'internationalisme : celui des financiers et celui des socialistes. La RTS est manifestement au service du second. On a un peu l'impression de payer pour un média qui sert exclusivement les intérêts du Parti socialiste. Et on se dit qu'il serait normal que les socialistes paient tout seuls leur média à leur service...

Écrit par : Géo | 11/01/2018

Les radios et les télévisions d'Etat mentent à longueur de journées. La France veut instaurer un ministère de la vérité. Les principaux médias sont dans les mains de milliardaires qui les utilisent pour leurs affaires et pour faire élire ceux qui changeront les lois en leur faveur. Cf. Macron. Pour se faire une opinion il ne reste plus que la fréquentation de sites internet véhiculant différentes opinions et faire jouer son intelligence critique. Nous sommes déjà dans le monde de "1984" avec la participation active du troupeau. Cf. facebouc.

En ce qui concerne la RTS, que le consommateur paie et seulement le consommateur. On ne fait pas payer la vignette autoroutière à ceux qui n'emprunte pas l'autoroute. Idem pour les transports publics. Ou la poste. Ou alors par l'impôt progressif lui.

Écrit par : Daniel | 11/01/2018

@ Geo: votre position sur la SSR "manifestement au service du parti socialiste" est totalement à côté de la plaque... et je ne crois pas à la théorie des deux types d'internationalisme: un peu courte! Bien à vous

Écrit par : Daniel Neeser | 12/01/2018

@ "Daniel".
Si je suis d'accord avec vous sur la captation des médias et la nécessité de trouver des sources plus fiables, je ne saurais vous suivre sur votre proposition "que le seul consommateur paie" et votre exemple fragilise votre idée: les impôts financent les autoroutes, la vignette n'est que complémentaire. Lier le financement de biens collectifs à leur seuls usagers n'est pas une bonne idée pour la construction d'une société équilibrée. Je n'aime pas le foot et pourtant en offre, par mes impôts, la jouissance à des tas de fans de ce sport, ce qui ne me dérange pas. Idem pour le Grand Théâtre et alii.

Écrit par : Daniel Neeser | 12/01/2018

" Geo: et je ne crois pas à la théorie" Intéressant, cette manie des adversaires politiques de glisser une petite goujaterie en omettant systématiquement le "é" de Géo, mais pas sur théorie...
Comme Vincent S...

Écrit par : Géo | 12/01/2018

"Lier le financement de biens collectifs à leur seuls usagers n'est pas une bonne idée pour la construction d'une société équilibrée."
Parce que notre société est équilibrée? Sans doute plus que d'autres, mais on peut faire beaucoup mieux. Et il faudra me dire en quoi la diffusion de l'actuelle grille des programmes de la RTS contribue à une "société équilibrée". Propagande, fausses nouvelles, séries complètement débiles et très souvent violentes. Chauvinisme sportif. Quels exemples!

"votre exemple fragilise votre idée: les impôts financent les autoroutes, la vignette n'est que complémentaire."
Vous ne m'avez pas lu jusqu'au bout. Je serais d'accord sous condition avec un financement par l'impôt. Mais pas par une taxe qui est la même pour le riche et le pauvre.
De plus pour les routes et autoroutes, il y a un compte routier approvisionné par les taxes sur les carburants, ce qui correspond au consommateur payeur. Cycliste ou piéton, je bénéficie de l'infrastructure des routes et je suis d'accord d'en payer une partie par l'impôt.

"Lier le financement de biens collectifs à leur seuls usagers"
Et pourtant c'est ce qui se pratiquait jusqu'à présent. La télévision un "bien collectif". Non, non et non. La télévision N'EST PAS un bien collectif. C'est une entreprise de conditionnement, de décervelage, de "temps de cerveau disponible", c'est à dire d'abrutissement et d'abêtissment de la population. C'est devenu un substitut à la messe. Vous devriez vous en inquiéter. Ou craignez-vous la disparition des émissions religieuses? Ce qui expliquerait votre vote.

Je ne comprendrais jamais comment on peut défendre la télévision: elle rend les gens passifs, aculturés. La culture est dans les livres, dans les spectacles au contact des comédiens ou artistes.

Écrit par : Daniel | 12/01/2018

@ Daniel: Je relève que votre dernier commentaire devient une charge contre la TV. Je ne suis pas loin de partager une partie de vos critiques mais la qualité des émissions TV n'est pas le sujet de cette votation et No Billag ne répond en rien à votre légitime souci. Enfin, je regrette votre allusion finale à mon égard, les vieux poncifs... Je redis que non opposition porte sur la privatisation des médias et le rejet de toute responsabilité politique qui sont intimement liés à No Billag.

Écrit par : Daniel Neeser | 12/01/2018

"Je relève que votre dernier commentaire devient une charge contre la TV."
Exactement. La télévision rend les gens passifs, soumis. Si la religion est l'opium du peuple, la télévision est une drogue au même titre que l'héroïne. A quoi sert la télévision, si ce n'est à formatter les gens, à les soumettre à une pensée unique? Le cirque moderne du "panem et circenses". La télévision d'Etat véhicule les mensonges parfois de façon encore pis que les médias privés:
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article9421
Alors si l'occasion se présente de liquider une version de cet outil diabolique, je ne vais pas me priver de ce plaisir. Sans illusion bien sûr. Mais un progrès quand même.

Écrit par : Daniel | 14/01/2018

Merci de la franchise mais je trouve votre position irresponsable car, pour faire passer un tout autre projet vous profitez d'une proposition que vous contestez :"La télévision d'Etat véhicule les mensonges parfois de façon encore pis que les médias privés" . Pas honnête et, si No Billag passe, comment assumerez-vous votre soutien aux médias privés? Vous devriez avoir le courage de lancer directement votre critique de ce que vous appelez, sans vergogne, la TV d'Etat: en quoi, comment, pourquoi, pour qui et par qui...

Écrit par : Daniel Neeser | 14/01/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.