20/09/2018

Prochaines votations sur les 2 initiatives vertes : tout va très bien Madame la Marquise !

Est-ce de la peur ou l’aveuglement qui motive le refus des deux initiatives ?

Si seulement c’était la peur on pourrait argumen20180919_150104.jpgter et peut-être se comprendre mais, comme pour la surdité, il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Vous ne voyez donc pas que si le soleil brille, il brûle aussi et que s’il fait beau,

et c’est vrai que c’est beau et doux et agréable cet arrière-été,

la sécheresse tue et tuera ?

 

Mais non, continuons… ce n’est pas vrai comme dit M. Trump, ce sera trop cher comme dénonce M. Berset en osant son : « ceux qui ne peuvent pas se payer du bio ». Touchant cette sollicitude de circonstance. Je n’ai vu et entendu ni lui ni le Conseil fédéral se battre en faveur de ceux qui ne peuvent pas se payer… des logements décents, des soins normaux, une presse de qualité... Touchante et insultante cette sollicitude : il y a des tas de gens qui, paysans et consommateurs, ne se payent pas du bio, comme si c’était un luxe mais qui choisissent une vie autre, respectueuse de la nature, de la terre et de ses habitant-e-s.

Continuons donc et à nos enfants de se débrouiller. De toute façon c’est pour plus tard et le jet d'eau sera toujours là. Vraiment ?



17:42 | 17:42 | Politique fédérale, Résistance, société | Politique fédérale, Résistance, société | Lien permanent | Lien permanent | Commentaires (4) | Commentaires (4) | | |  Facebook |  Facebook | |

Commentaires

La vraie valeur, c'est le savoir et l'instruction, même si cela dérange les religieux.

En ce qui concerne le "bio", seuls certains crétins friqués pensent se mettre à l'abri ( de quoi, Belzébuth ? ) en achetant "bio".

Seulement, la vie , c'est pas si simple que "j'ai du pognon, donc j'ai raison".

Écrit par : biomarcha | 20/09/2018

Choisir la vie autre, c'est un choix. L'imposer, ce n'est plus un choix. Et on peut se poser la question sur la limitation des libertés.

Si le romand voit l'Etat comme la nounou qui doit le protéger, le suisse-allemand, est très axé sur la responsabilité et le choix individuel. Cela se vérifie dans les votations.

En fait il est moins questions de bien manger que d'introduire des barrières douanières pour avoir un monopole d'Etat, les paysans devenant des fonctionnaires.

Le bio c'est bien, mais la pollution de l'air rend l'effet du bio négligeable.
Lorsque nos meubles ne seront plus une source d'empoisonnement de l'air, comme la voiture, manger bio sera la cerise sur le gâteau.

Le bio est très bien, mais sur la balance avec les impacts financiers, je suis sérieusement dans le doute.

Écrit par : motus | 20/09/2018

@ "biomarcha"? Bonjour monsieur mais pourquoi mettre "les religieux" en cause et les voir comme ennemis de l'instruction? et pourquoi parler de crétins? Même, et surtout, si vous n'êtes pas d'accord, n'utilisez ni l'insulte ni la moquerie, ça n'aide pas le débat. Rassurez-vous, vous avez toute latitude de ne pas avoir de religion et de n'acheter ni bio ni local.

Écrit par : Daniel Neeser | 21/09/2018

Un jour, non une nuit d'ignorance et de mauvaise foi ou d'indifférence, il faudra bien admettre enfin ou reconnaître que nous ne naissons pas égaux et que la condition d'une personnes fortunée n'est pas celle d'une autre, fauchée.

Il faudra combler ces fossés ou mourir à force d'iniquités et de mensonges ainsi que de faux-semblants hypocrites et veules.
Vains.

Monsieur Neeser, je partage votre point de vue, certes, mais à la Cène les uns à côté des autres "sur le moment" certains des plus notables qui, à l'extérieur, détourneront la tête pour ne pas saluer l'un de ces miteux ou "marginaux"!

Une équipe paroissiale, cependant, conviant à une fondue cinq ou six chômeurs pour se faire une idée… "sur le terrain"!

Puis rentrant en leurs domiciles confortables

les autres en leurs planques pour les chômeurs cas sociaux "réellement" en grandes difficultés.

Dimanche suivant, au temple, mains dévotement jointes:
"Seigneur, nous déposons devant toi la détresse de ces sans emplois et te demandons de les secourir.
Père, Notre Père qui nous aime... "tous"! nous faisons appel à ta miséricorde.

Amen!"

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.