19/11/2018

Prochaine votation- DÉCLARATION DE L'EGLISE PROTESTANTE DE GENÈVE

Voici cette déclaration annoncée

Votation du 25 novembre 2018 sur l'initiative populaire fédérale
dite « des juges étrangers »

Parce que l'Eglise protestante de Genève est profondément attachée à l'histoire et au destin de ce canton façonné par le christianisme éclairé, l'Europe et le monde – une histoire et un destin qui vont jusqu'à être magnifiés par l'expression de "l'esprit de Genève";

 Parce que la démarche des initiants apparaît ankylosée par des mécanismes bien connus en Eglise que sont le fondamentalisme (comme piège de la conviction solitaire) et le congrégationalisme (comme tentation identitaire et abrogation des médiations institutionnelles);

 Parce qu'on ne badine pas avec les droits fondamentaux qui nous lient à la communauté internationale par-delà les sensibilités politiques, et qu'on ne saurait considérer que dénoncer la Convention européenne des Droits de l'Homme (CEDH) soit un effet collatéral possible à une décision du peuple souverain (lequel n'est toutefois pas tout-puissant et ne saurait le croire);

 Parce que notre pays s'est efforcé, au fil de son histoire, de tenir compte et de ménager ses minorités, et que sa construction même, dans le subtil équilibre des représentations fédérales, reflète ce souci constant de la paix dite confessionnelle et civile;

 Parce que la politique et le travail parlementaire fédéraux ne sauraient se concevoir sans recherche de consensus, où le bien commun, l'expérience longue et le discernement l'emportent sur les intérêts particuliers, fussent-ils majoritaires;

 Pour ces raisons notamment, l'EPG vous recommande la plus grande prudence citoyenne au moment de voter le 25 novembre 2018 ou da manière anticipée sur l'Initiative pour l'autodétermination, et ne pas lier votre vote à des arguments maladroits et à une perspective politiquement et spirituellement appauvrissante pour notre pays. La Suisse doit rester le cœur vivant de l'Europe, elle ne saurait s'incurver davantage sur elle-même et se croire autosuffisante.

Commentaires

Monsieur Neeser,

Voilà une citation qui s'applique très bien à vous et ceux qui défendent le non:

«Père pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu’ils font» (Luc 23, 34)

En fait cette citation ne s'applique pas au milieu de la haute finance (PLR etc.) qui lui sait très bien ce qu'il fait, mais elle s'applique à tous ceux qui prétendent être du côté des plus faibles et des plus pauvres et les trahissent, comme vous Monsieur Neeser

Il est profondément triste, oui profondément triste que vous ne soyez pas capable de voir le piège caché de l'UE.

Votre blocage face à l'UDC vous aveugle (voir votre post précédent).

Nous on se moque pas mal de l'UDC, ce qu'on veut c'est protéger les travailleurs et désolé de vous dire que vous êtes de très mauvaise foi en refusant de voir la réalité en face.

Que vous le vouliez ou non la réalité est la suivante et VOUS NE POUVEZ PAS LE NIER:

La Cour européenne de justice a jugé illégales les mesures d'accompagnement en Autriche.

Les juges basés au Luxembourg ont en effet rendu mardi un jugement jugeant illégale la protection des salaires, a révélé le Tages-Anzeiger.

L'affaire s'est déroulée en Autriche, où un propriétaire d'une résidence a fait appel à une entreprise slovène pour travailler dans sa maison en Carinthie. Lors d'une inspection, les autorités autrichiennes ont constaté que l'entreprise ne respectait pas les règles contre le dumping salarial.

Elles ont donc appliqué les mesures prévues par le droit autrichien. Le propriétaire a dû suspendre les paiements et verser un acompte à titre de «garantie» au cas où l'entreprise slovène ne paierait pas l'amende.

La CJUE a jugé illégales ces mesures, estimant que le gel des paiements et le dépôt étaient incompatibles avec le droit européen. A ses yeux, ces mesures vont au-delà de ce qui est nécessaire pour protéger les travailleurs et lutter contre la fraude.

Cet avis de "droit" anéantit les arguments de ceux qui cobattent l'initiative soumise au peuple le 25 novembre.

Le cas autrichien montre également de nombreuses similitudes avec la Suisse. Jusqu'en 2016, les entreprises étrangères devaient déclarer leurs mandats aux autorités au moins une semaine avant le début des travaux. En 2017, ce délai a été supprimé sous la pression des juges européens, laissant la place à la «responsabilité du propriétaire».

Et cela est confirmé même par Micheline Calmy-Rey, ancienne conseillère fédérale, qui a fait la déclaration suivante dans le magazine SonntagsBlickle 12 août 2018:

"Si la Suisse reprenait les conditions de travail et de salaire de l'UE par le biais d'un accord-cadre, ce serait dangereux pour la protection de nos salariés. Le droit suisse protège mieux que le droit européen. Je suis absolument opposée à ce que le droit européen règle toutes les relations entre la Suisse et l'UE."

et ceci est confirmé également par de nombreux articles comme ceux-ci:

https://www.lematin.ch/suisse/justice-europeenne-nuit-protection-salaires/story/23054843

et

https://www.tagesanzeiger.ch/schweiz/standard/eugericht-bremst-lohnschutz/story/21948023

je vous conseille aussi al lecture de l'excellent billet de S. Montabert dont voici un passage marquant:

"L'abandon de l'autodétermination touche tout le monde. La campagne d'affichage a vu juste avec ses affiches aux tons neutres: la question dépasse largement le clivage droite-gauche traditionnel. Mettons-nous un instant dans la peau d'un camarade confronté à cet épineux problème. Le Droit international empêche toute marge de manœuvre démocratique dans l'initiative contre l'immigration de masse? Génial! Contre le renvoi des criminels étrangers? Formidable! Contre l'initiative des Alpes et le transit poids-lourds? Hum, c'est moins bien, en effet. Contre la libéralisation des services? Euh... Contre la dérégulation du Marché du travail? Contre le libre-échange absolu? Contre la sous-enchère salariale? Contre la concurrence fiscale?
Voilà qui est un peu plus embêtant."

En effet, un refus de cette inititative dobnnera carte blanche aux milieux de la haute finance qui tirent les ficelles dans l'UE et font tout pour tirer les salaires vers le bas. Voyez d'aileurs ce qui se passe avec Macron, le bien-nommé président des riches!

De nombreux hommes de gauche tels que le célèbre historien Emmanuel Todd sont opposés à l’UE et à l’Euro qui fait tant de ravages:

https://thinkerview.com/emmanuel-todd-trahison-des-elites-francaises/

En incitant les gens à voter non vous défendez l’UE des hyper-riches et de la super-classe mondiale Monsieur Neeser. En votre âme et conscience, c’est ce que vous voulez? Ouvrez les yeux bon Dieu!

Si les travailleurs ne veulent pas aller à l'abbatoir comme des moutons, VOTONS OUI LE 25 NOVEMBRE!

Écrit par : G. M. | 19/11/2018

«Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens.»

Cette citation de Jean-Claude Juncker veut tout dire et nous montre clairement ce qui nous attend si le droit européens prime sur le droit suisse.

Vous n'êtes pas convaincu alors découvrez la démocratie à la sauce UE qui nous attend si on ne vote pas OUI. Ecoutez ça:

https://www.youtube.com/watch?v=ZSzvwhTiaYs

Le peuple suisse est le plus souverain et démocratique du monde et C'EST JUSTEMENT POUR QU'IL LE RESTE QU'IL FAUT VOTER OUI!

Regardez les pays de l'UE dont les peuples sont soumis au diktat de Bruxelles.

Honte à l'Eglise protestante qui est prête à vendre notre démocratie directe.

Écrit par : Arthur V. | 19/11/2018

Monsieur Neeser,

Je me permets de revenir à ma question posée en commentaire à votre billet précédent, à savoir ...


Lorsque vous écrivez ...

... "Alors, s'il veut se battre, qu'il aie le courage de repérer les vrais défis, les vraies menaces.", ...

Précisément, ... à quels défis ... et à quelles menaces ... pensez vous ... exactement ?


J'avoue une curiosité insatiable et une passion pour le probable et l'improbable, le possible et l'impossible, et les constructions intellectuelles de mes congénères qu'ils élevent au rang de "défis" ou de "menaces" m'intéressent authentiquement.

En vous remerciant à l'avance pour le temps que vous pourrez consacrer, et l'attention toute particulière que je sais vous apporterez à l'élaboration d'une réponse.

Très cordialement,

Écrit par : Chuck Jones | 19/11/2018

Monsieur Neeser dans votre billet précédent vous nous disiez:

"effectivement l'initiative pose une bonne question mais hélas sans le dire clairement: celle de la défense des salaires des travailleurs, de la lutte contre le dumping et les délocalisations. Et je n'ai jamais vu, et cela depuis des années, l'UDC se battre sur ce plan."

Argument ridicule, car dans ce cas il est bel et bien clair que si l'initiative est refusée les salaires seront mis en danger. Donc par pur dogmatisme idéologique et sous prétexte que vous n'avez jamais vu l'UDC se battre sur ce plan, simplement pour ne pas donner raison à l'UDC, vous êtes prêt à faire du tort aux travailleurs. Vous faites un bien étrange pasteur.

Vous disiez encore

"Si l'initiative passe, que celles et ceux qui auront voté oui dimanche les interpellent très vite et très tôt sur les questions économiques, salariales, de dumping, de délocalisation... et, aussi, d'égalité des salaires femmes - hommes."

Encore une fois ridicule et insensé, car si elle ne passe pas là on sait très bien que l'UE fera tout pour tirer les salaires vers la bas! Et dans ce cas le peuple ne pourra PLUS interpeller personne car ce sera contre le droit européen comme on le voit dans le cas de l'Auttiche cité plus haut

Appliquons donc votre manière de voir les choses au cas cas suivant:

Si l'UDC proposait d'utiliser un parachute pour sauter d'un avion et que ses opposants disaient qu'ils vaut mieux sauter sans parachute, vous nous diriez sans doute qu'il vaut mieux sauter sans parachute pour ne pas donner raison à l'UDC.

Dans le cas de cette initiative c'est exactement la même chose et je n'aurais jamais pensé que vous tomberiez aussi bas.

Si cette inititative venait du PS vous la trouveriez excellente sans aucun doute.

PS: la haute finance et les lobbies vous remercient du fond du coeur pour votre soutien sans faille aux baisses de salaires, à l'exploitation des travailleurs et autres délocalisations! Vous êtes ce que l'on peut appeler un pasteur qui a du coeur!

Écrit par : Samantha | 20/11/2018

Rester souverains est important ! L'UE (et autres ?)veut s'imposer et imposer certaines lois anti-démocratiques. En Suisse le peuple décide et cela DOIT RESTER COMME CA ! Abe

Écrit par : Sylvie RG | 20/11/2018

Mon commentaire tient-il du blasphème pour que vous le censuriez ?

Écrit par : Pierre Jenni | 20/11/2018

Quand on cherche à connaître le Christ on peut partir à partir d'un pasteur.

Pour lescommentairess, ce que je veux bien, je publie, non, je ne publie pas.

Est-ce bien "dire" Jésus?

Accepter l'initiative est dire non... non seulement à Bruxelles mais au Nouvel Ordre Mondial cruel, cynique, sans conscience ni éthique.
Chrétien ce Nouvel Ordre Mondial?

Accepte les diktats de Bruxelles: la France voisine.
Précarisation croissante, mépris des pauvres (charité chrétienne à travers les siècles?)
Désastre concernant l'école, la santé, le travail-

Marianne, magazine sérieux, attirait l'attention sur l'économie qui repartait un peu mais en définitive ne parviendrait à rien.

En quoi refuser tant de malheur... en quoi cette démarche serait-elle "autosuffisante"?

L'Eglise n'est-elle pas autosuffisante?
La paille et la poutre?

L'initiative sera sans doute refusée: entrée en scène présente de Hauts Diplomates chargés d'orienter l'opinion définitivement…

Où est-il ce peuple des bergers que nul ne peut soumettre par l'épée ou par l'or (à l'époque de la composition de ce chant patriotique pas question de pétrodollars, de multinationales ou d'ultralibéralisme)!

L'Eglise quand se retournera-t-elle du côté des évangiles?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/11/2018

Cette citation Rousseau, qui lui avait compris et disait que la nation était une protection pour les plus faibles, illustre parfaitement l'attitude des mondialistes (donc cosmopolites) qui s'opposent à cette initiative et se moquent pas mal du petit peuple:

"Défiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher loin dans leurs livres des devoirs qu’ils dédaignent de remplir autour d’eux. Tel philosophe aime les Tartares, pour être dispensé d’aimer ses voisins."

Jean-Jacques Rousseau, Émile, ou De l’éducation, Livre premier

Votons OUI!

Écrit par : Armando M. | 20/11/2018

Cher Monsieur Neeser,

Je suis que ça part de bons sentiments, mais il est bien triste de voir à quel point vous et les vôtres êtes aveuglés par la bienpensance et la pensée unique distillées par la super-classe via les médias.

Vous croyez faire le bien, mais ne comprenez pas que vous faites le jeu de la super-classe qui vous manipule.

C'est triste, triste à en pleurer. Tout ce que dit Myriam est vrai, c'est exactement de ça dont il s'agit, mais vous êtes en plein déni et, par votre attitude, vous aidez ces individus à rendre les pauvres encore plus pauvres.

Pourquoi croyez-vous que les gilets jaunes manifestent en France? Parce que les moins aisés croulent sous les taxes et ont de plus en plus de problèmes à finir le mois, car le gouvernement doit suivre les ordres de Bruxelles et ça ne va qu'empirer.

Pour les mêmes raisons il y a eu une diminution de 30.000 naissances en Grèce en 2015, la mortalité infantile est montée en flêche et il y a eu de très nombreux suicides. Les gens ont fait faillite, une fois encore grâce à Bruxelles.

Pourquoi croyez-vous qu'il y a en moyenne au moins un paysan qui se suicide chaque jour en France?

Renseignez-vous! Ouvrez vos yeux et vos oreilles!

Vous et votre "gentille" église êtes-vous sourds au malheur des pauvres, aveugles, bêtes, naïfs, ou pire complices?

Et vous osez encore ajouter:

"... effet collatéral possible à une décision du peuple souverain (lequel n'est toutefois pas tout-puissant et ne saurait le croire)"

Ne vous faites pas de souci pour ça: le pouvoir du peuple n'existera bientôt plus et l'oligracrchie mondialiste pourra décider à sa place ce qui est bon pour lui et surtout de ce qui est bon pour elle, comme en France où le peuple avait refusé la constituion européenne et qu'on la lui a imposée peu de temps après. Vous avez donc parfaitement raison: le peuple n'est pas tout puissant, mais en revanche les multinationales et les banques le sont, elles.

Cette triste remarque indique que vous n'êtes pas un démocrate monsieur Neeser. Vous répétez mot pour mot la propagande de l'oligarchie.

On ne vous comprend pas, on ne vous comprend plus, on ne vous comprendra plus jamais et nombre de mes amis protestants pensent comme moi.

Même vous, vous nous laisser tomber, mais désormais on saura faire sans vous.

Jésus lui avait eu le courage de chasser les marchands du temple, tandis que vous vous leur déroulez le tapis rouge en appelant à leur donner encore plus de pouvoir!

Bien à vous,

Un de vos ex-paroissiens au nom d'un groupe de protestants qui protestent contre votre attitude insensée et celle de votre église.

Écrit par : un groupe de paroissiens | 21/11/2018

Bonjour à toutes et tous. J'ai lu et bien lu vos différents commentaires et vous en remercie. Il y a beaucoup de confiance, beaucoup de crainte et d’interpellations qui m'ont touché. J'en partage plusieurs, entre autre sur les dérives de la Commission européenne des droits de l'homme dont que je n'ai pas assez tenu compte.
Ce qui continue à me faire rejeter cette initiative sont les trois points suivants. 1) Elle n'a pas e courage de cibler précisément son objectif: la mondialisation en mettant dans le même sac tous nos liens de notre pays avec les autres : politiques: la Suisse reconnue sur le plan international, p. ex. la Croix-rouge, l'Action pour le déminage et contre la torture, culturels: souvenez-vous de ce qui s'est passé sur le plan de la recherche scientifique et des liens avec les universités (le programme européen appelé Erasmus), juridiques: le siège européen de l'ONU et bien d'autres organisations très utiles (je persiste!), scientifiques: le CERN à Genève.
2) Le raisonnement de M. Blocher et de son parti. Il est dangereux car il se fonde sur une vue idéologique de la Suisse et donc trompeuse: même avec les menaces qui pèsent sur elle, la Suisse n'est pas un îlot solitaire, du reste plusieurs de vos commentaires le disent et user d'un fantasme (la Suisse seule contre tous) pour se défendre est le meilleur moyen de se planter.
3) et je me répète: les dangers sont l'économie débridée, l'exténuation des richesses de la création, le trafic des grandes richesses dont les scandales financiers de certaines grandes banques (je parle en milliards) et je ne fais que mentionner sans plus la question de nos usines d'armes et leur vente dont le Conseil fédéral (avec un ministre des affaires militaires UDC)avait prévu d'élargir le commerce avant de revenir en arrière et, sur ce point, je continue à dire que ni M. Blocher ni l'UDC ne sont crédibles, pire. ils manquent d'honnêteté.
Là où plusieurs de vos commentaires me paraissent justes et utiles c'est quand ils mettent en évidence la paupérisation des déjà pauvres. Mais, une fois encore, je n'ai pas lu de positions de l'UDC sensible à cela.
Quant à mon Eglise et à la dernière note... dure, pas très juste non plus car ses signataires semblent ignorer tout ce qu'elle fait dans ce domaine, mais j'entends très clairement la déception, le sentiment d'abandon, la colère aussi. Je ne peux que pousser ces "ex-paroissiens d'un groupe de protestants qui protestent contre mon église" à l'interpeller et, surtout, à l'aider et l’équiper pour cette lutte.
Voici divers liens:
- Eglise protestante de Genève, Rue Gourgas 24, CP 73, 1211 Genève 8
- info.epg@protestant.ch
- http://epg.ch/ ou
Je vous souhaite de voter en toute liberté et vous dis que je prends congé de ce blog pour quelques jours. Donc n'écrivez plus... Bien à vous toutes et tous

Écrit par : Daniel Neeser | 21/11/2018

Dans son dernier commentaire, Mme Myriam Belakovsky (la paix du Seigneur soit avec elle) se réfère deux fois à Bruxelles.

Que vient faire Bruxelles dans cette affaire, chère Myriam?
Le Conseil de l'Europe (siège à Strasbourg) c'est une chose, l'Union européenne (siège à Bruxelles) c'est une autre chose, complètement distincte et différente!

Le Conseil de l'Europe (dont la Suisse fait partie) a son siège à Strasbourg. La Convention européenne des droits de l'homme (CEDH), entrée en vigueur pour la Suisse en 1974, a été rédigée par le Conseil de l'Europe. La Commission européenne des droits de l'homme (organe d'instruction) et la Cour européenne des droits de l'homme (organe de jugement), qui comptent chacune un juge suisse en leur sein et qui sont chargées d'appliquer les articles de la CEDH lorsqu'une cause est portée devant elles, ont leur siège à Strasbourg.
Rien à voir avec Bruxelles et avec l'Union européenne.

Ce point est fondamental: le Conseil de l'Europe (Strasbourg) n'est PAS une institution de l'Union européenne (Bruxelles)! D'ailleurs, à ce jour, même si tous les tous les États membres de l'Union européenne (au nombre de 28) ont ratifié la CEDH, l'Union européenne en tant que telle ne l'a pas ratifiée alors qu'elle en aurait la possibilité.

Il ne faut pas confondre le Conseil de l'Europe (47 États membres) avec :
- le Conseil de l'Union européenne (aussi appelé Conseil des ministres, car il réunit les ministres des 28 États membres de l'Union européenne);
- le Conseil européen (qui réunit les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne).
L'initiative de l'UDC joue sur la méconnaissance qu'ont les Suisses des institutions européennes et, comme on le constate dans nombre de commentaires ci-dessus et sur d'autres blogs, l'UDC a parfaitement réussi à embrouiller son monde pour faire naître des craintes inexistantes.

Au risque de me répéter: il ne faut pas confondre l'Union européenne (de laquelle la Suisse ne fait pas partie) avec le Conseil de l'Europe (duquel la Suisse fait partie). La Convention européenne des droits de l'homme, que la Suisse a ratifiée, lie les États membres du Conseil de l'Europe et non pas ceux de l'Union européenne. La possibilité de recourir à Strasbourg en cas de violation de la Convention européenne des droits de l'homme par le Tribunal fédéral est une excellente chose pour les justiciables de notre pays.

S'il devait y avoir aujourd'hui une votation fédérale sur l'adoption par la Suisse du droit de l'Union européenne (ou, plus directement, une votation sur l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne), en ce qui me concerne je voterais résolument non. Mais ceci une autre histoire et nous n'en sommes absolument pas là, malgré les efforts des initiants pour faire l'amalgame et créer la confusion dans les esprits.

Votre conviction qu'il faut voter "oui" à l'initiative, chère Myriam, est fondée sur une appréciation erronée des faits et de la situation. Je trouve que c'est bien dommage car en votant "oui", vous irez à l'encontre des valeurs que vous voulez défendre.

Écrit par : Mario Jelmini | 22/11/2018

Cher Mario je n'ai pas votre formation.
Vous avez raison mais par conviction comme par nature je suis sensible au fond des choses.
Ainsi par l'exemple de la fleur du yoga que ce soit en France ou en Belgique quatre pétales de cette fleur nous disent ce que nous sommes: un pétale pour le corps, un autre pour l'esprit, un troisième pour l'âme et le quatrième pour la conscience.

L'ensemble étant aujourd'hui en grand péril.

Nous sommes présentement les hôtes d'un pasteur… or, dès mon enfance, j'ai entendu les pasteurs chanter nos libertés et l'amour, c'est-à-dire le respect de notre patrie.

On parle de frilosité, par exemple.
Plus une personne est elle-même et plus elle est universelle et le ressent.

Oui à l'Europe mais une Europe refondée sur les valeurs premières qui sont celles de l'âme et de la conscience.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/11/2018

@ Myriam Belakovsky, qui a écrit: "dès mon enfance, j'ai entendu les pasteurs chanter nos libertés et l'amour, c'est-à-dire le respect de notre patrie."

Monsieur le pasteur Neeser se donne la peine de publier sur son blog la prise de position de l'Église protestante de Genève, que tout le monde aura comprise comme étant une invitation à voter "non" à l'initiative de l'UDC, et vous évoquez les pasteurs de votre enfance pour voter "oui"?

Lorsque vous êtes née, dans les années 30, les pasteurs allemands chantaient certainement eux aussi les libertés et l'amour, c'est-à-dire le respect de la patrie. Ont-ils pour autant incité les citoyens allemands à voter en faveur du nazisme? Et les prêtres italiens chantaient certainement eux aussi les libertés et l'amour, c'est-à-dire le respect de la patrie. Ont-ils pour autant incité les citoyens italiens à voter en faveur du fascisme mussolinien? Et bien, hélas oui, cela a effectivement été le cas de beaucoup de pasteurs allemands et de curés italiens. C'est pourquoi je salue la lucidité dont fait preuve aujourd'hui l'Église protestante de Genève en ne tombant pas dans le même piège.

Écrit par : Mario Jelmini | 25/11/2018

Bonjour. Comme annoncé, j'arrête de publier tous les nouveaux commentaires sur ce blog d'une part parce que la votation est derrière nous et de l'autre parce que les derniers reçus sont hors sujet et trop personnels et, donc, n'ont pas place sur un blog. Merci à chacune et chacun pour ses contributions. A une prochaine note sur un autre sujet.

Écrit par : Daniel Neeser | 26/11/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.