19/08/2016

Pauvre France. La pudeur est pourtant une vertu.

Oui, pauvre France empêtrée dans la surenchère de ses réactions à la violence extrémiste. La voici qui risque de devoir bientôt créer des brigades du correctement habillé, à l'envers s'entend! Car, si jusqu'à présent, c'était surtout les tenues trop découvertes ou trop courtes qui pouvaient, et encore dans certains lieux, être gênantes maintenant c'est le contraire: dévoilez ce ventre que je ne saurais ignorer, montrez vos jambes, exhibez vos épaules...  A quand les brigades aux ciseaux? Ça fait penser à l'Iran, dans l'autre sens...!

La pudeur est pourtant aussi une vertu. Triste, et tellement stupide.

26/12/2011

LE CHEMIN DE MARIE, UNE MEDITATION PROTESTANTE POUR NOËL

Marie, fille et sœur
Si la tradition a fait de Marie surtout une mère, éventuellement une épouse, elle a occulté le fait qu’elle fut d’abord fille et sœur. Fille de ses parents et sœur parce que née certainement dans une famille nombreuse de l’époque, sœur parce que fille d’Abraham et de sa foi, Abraham dont Paul dit : « Tous se réclament de la foi d’Abraham, notre père à tous ». A la suite d’Abraham et de St Paul et avec Pierre-Yves Brandt, théologien protestant et psychologue, je propose d’affirmer que «Marie est d’abord ma sœur dans la foi, parce qu’elle a été choisie» et que donc nous sommes ses frères et sœurs. Et Brandt continue : «Tout commence pour elle comme pour moi, par un appel venu d’ailleurs. Elle se trouve choisie avant d’avoir choisi quoi que ce soit. Et la merveille qu’elle nous donne alors à voir, c’est que la vocation adressée par la Parole divine, lorsqu’elle est pleinement accueillie, n’en reste pas aux mots mais prend chair, devient corps (…) En disant que Marie est ma sœur en la foi, je confesse que je me découvre promis à la fécondité». St Paul nous invite donc à considérer Marie non comme un être différent par nature, conçu hors normes humaines, mais comme l’une d’entre nous.

Lire la suite

28/09/2011

La famille et le nom de famille

La proposition de laisser au couple le choix du nom de famille des ses enfants, qui doit être débattue au Conseil national est un non-sens: elle conduira à une coupure du sens par une coupure du lien et de la transmission. On coupe les racines de l'arbre généalogique.

Lire la suite

04/09/2010

Ténors ou soprani ?

Ah non. Julie ! La une de ton édition de ce jour me reste en travers de la gorge: "Les ténors sont en lice pour le Conseil fédéral"

De deux choses l'une, ou je ne sais pas compter, ou les femme valent la moitié d'un homme, et encore, cela aurait fait la parité! Quatre candidates et deux candidats au Conseil fédéral et tu n'oses pas: "Les soprani sont en lice pour le Conseil fédéral" Dommage!