Résistance

  • Payer moins une signifie qu’elle vaut moins qu’un. Est-ce juste ?

    Plusieurs organisations patronales et entreprises annoncent refuser tout arrêt de travail ce 14 juin et prétendent que cette grève est illicite.

    « Les nombreux objectifs annoncées par les syndicats ne visent pas uniquement les conditions de travail » explique Marco Tadei de l’Union patronale suisse, Migros, pour sa part, invoque « son obligation morale envers sa clientèle (…) Notre entreprise, dont 61% du personnel est féminin, doit continuer à fonctionner le 14 juin prochain », même argument dans tel EMS genevois et le secrétaire général de la Convention patronale de l’industrie horlogère, François Matile, ose : Cette grève est illicite » !  et avoue sans gêne : « En 1991, il n’y a pas eu une minute de grève au sens où les entreprisses l’entendent. Je souhaite qu’il en soit de même cette année » (Le Temps du 9 avril). On peut le comprendre : depuis la grève de 1991 rien n’a changé quant à l’égalité salariale. Difficile d’être plus clair ou plus cynique.

    Lire la suite

  • La Suisse n’avait jamais eu de colonies et n’en a pas. Vraiment ?

    Cela ne semble bien changer avec la décision du Conseil de Etats qui a rejeté hier le contre-projet à l’initiative pour des multinationales responsables comme l’annoncent le protestant Pain Pour le Prochain (PPP) et la catholique Action de Carême (AdC) dans leur communiqué de presse que je cite dans ces lignes.

    UN REJET FRAGILE mais un rejet quand même. En effet « par 22 voix contre 20, le lobbying d’Économiesuisse et SwissHoldings a permis d’imposer sa vision au Conseil des Etats, et toute réglementation contre les violations des droits humains, même minimale, a ainsi été balayée. Le projet est renvoyé au National ».

     

    Lire la suite

  • Quelle croissance ? Réponse au député PLR Yvan Zweifel, la Tribune du 10 décembre, page 2

    Quelle croissance ? Comme un avion ! Sic ! Inconscience, cynisme ou prophétie ? Sans peur ni une once d’une hésitation le député PLR Yvan Zweifel y va de sa recette : « Construire en hauteur, mettre le turbot, en ville mais pas à la campagne ni dans les zones villa » pour les projets, supprimer les « lois inutiles protégeant le logement » pour les dégâts collatéraux… On croit rêver…

    Lire la suite

  • Prochaines votations sur les 2 initiatives vertes : tout va très bien Madame la Marquise !

    Est-ce de la peur ou l’aveuglement qui motive le refus des deux initiatives ?

    Si seulement c’était la peur on pourrait argumen20180919_150104.jpgter et peut-être se comprendre mais, comme pour la surdité, il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Vous ne voyez donc pas que si le soleil brille, il brûle aussi et que s’il fait beau,

    et c’est vrai que c’est beau et doux et agréable cet arrière-été,

    la sécheresse tue et tuera ?

     

    Mais non, continuons… ce n’est pas vrai comme dit M. Trump, ce sera trop cher comme dénonce M. Berset en osant son : « ceux qui ne peuvent pas se payer du bio ». Touchant cette sollicitude de circonstance. Je n’ai vu et entendu ni lui ni le Conseil fédéral se battre en faveur de ceux qui ne peuvent pas se payer… des logements décents, des soins normaux, une presse de qualité... Touchante et insultante cette sollicitude : il y a des tas de gens qui, paysans et consommateurs, ne se payent pas du bio, comme si c’était un luxe mais qui choisissent une vie autre, respectueuse de la nature, de la terre et de ses habitant-e-s.

    Continuons donc et à nos enfants de se débrouiller. De toute façon c’est pour plus tard et le jet d'eau sera toujours là. Vraiment ?



  • Lorsqu'on tue votre enfant, est-ce que vous avez envie ou la force de pardonner?

    Telle est la question qui clot l'excellent article de Catherine Focas dans la Tribune de ce week-end (3 & 4 mars p. 3) Demander pardon a-t-il une valeur pour la justice? Il interroge le pasteur que je suis sur le sens du pardon. Pardonner est souvent difficile, non par manque de courage des offensés mais par mauvaise intelligence de cet acte. En effet il est trop souvent compris comme un "bon geste", un "allez, je te pardonne" ou, pire: "On efface tout ça, on n'y pense plus".

    Lire la suite

  • La procédure, c’est la procédure, la mère n'enfantera pas !

    Et pourtant l’enfant est mort, et pourtant la mère était enceinte, et pourtant elle criait, elle disait « contractions ». Et son mari criait et sa sœur criait. Mais il y a la procédure à appliquer. DSCN0681.JPG

    Lire la suite

  • L’économie selon Monsanto ou le combat contre l’obscurantisme économique, une guerre religieuse ?

    Dans son dossier L’Affaire Galilée (17e s.), publié dans le numéro 440 d’octobre 2017 (pp. 36-65), la revue française L’HISTOIRE [www.lhistoire.fr] a attiré mon attention sur la vigilance à exercer face aux nouvelles religions.

    L’analyse que fait L'Histoire des attaques contre Galilée et de son procès, des réseaux activés, des intérêts en jeu, de l’hégémonie de la pensée unique de l’époque — l’interprétation des textes bibliques et la maîtrise de la science par la seule papauté—, tout cela m’a conduit à faire un parallèle avec le combat entre l’actuelle pensée unique du libéralisme économique et le projet d’une vie mondiale citoyenne, combat magistralement illustré par la lutte contre l’entreprise Monsanto et son fameux ‘Roundup’.

    Le numéro de L’Histoire décrit la lutte de Galilée contre l’obscurantisme religieux comme la « naissance d’un rapport rationnel de l’homme au monde qui visait à émanciper la raison de la foi » (op.cit. p. 41). Je prétends qu’aujourd’hui nous nous trouvons dans une situation analogue, soit dans un combat contre l’obscurantisme économique et que nous sommes à la naissance d’un rapport rationnel de l’homme au monde qui vise à émanciper la raison d’une pensée « économicocentrée ».

    On retrouve en bonne partie les mêmes armes dans ce combat : les réseaux, les financiers, les protecteurs et, surtout, le mépris du ‘peuple’. S’il y a d’un côté la puissance politique, financière et scientifique de la Rome catholique et politique avec l’appui de plusieurs universités, Galilée jouit aussi de protections et de soutiens importants : des centres intellectuels (Pise et Padoue par exemple), la cour des Médicis avec Ferdinand II, le grand-duc de Toscane dont l’un des descendants, le Cardinal Orsini, sera son intercesseur auprès du pape, de théologiens dont Barberini, le futur pape Urbain VIII, qui le laissera tomber en recevant la tiare pontificale, d’hommes de lettre, de moines et de poètes. Certes, ces soutiens ne lui épargneront pas un procès pour le forcer à abjurer mais lui éviteront la torture et aboutiront à une peine relativement légère…

    Mutatis mutandis, nous retrouvons les mêmes schémas dans le combat actuel pour la suprématie économique : réseautage, désinformation, intérêts occultes, trahisons. 

    Le mépris

    Cependant j’aimerais attirer votre attention sur le mépris, arme redoutable quand elle est liée à la maîtrise de l’information : avec Galilée, écrit L’Histoire, on sortait "du monde des savants transformés en héros pour rejoindre le monde des savoirs ordinaires que ces derniers partagent avec les artisans, sages-femmes ou astrologues" (op.cit. p. p. 41). Ce mouvement avait été amorcé au siècle précédent, celui de la Réforme, initié par l’affichage des 95 thèses de Luther contre le trafic des indulgences dont on fête le 500e anniversaire ces jours. Son efficacité et sa puissance doivent beaucoup au fait que le Réformateur avait d’emblée partagé ses découvertes, ses espérances et ses projets avec le ‘petit peuple’, celui de ces « artisans, sages-femmes ou astrologues ».

    La Réforme et les siècles qui suivirent virent l’émergence d’une nouvelle société, celles de gens ‘ordinaires’, bourgeois, commerçants, bacheliers, artisans, imprimeurs. Ils ont rivalisé avec les soi-disant experts en théologie. Aujourd’hui, même révolution, mais les thèmes ont changé, ils sont économiques, climatologiques, agricoles, et de nouveaux intérêts et dépendances sont démasqués. La violence, elle, demeure !

    Avec le combat contre le glyphosate on retrouve ce même mépris des « simples gens » exprimé par la firme avec cette perpétuelle rengaine : ils n’y connaissent rien, sont soumis à des idéologies néfastes, manipulés, par contre ‘nous’, nous savons de quoi nous parlons et avons nos experts et nous avons les moyens de nos ambitions... Monique Goyens, directrice générale du Bureau Européen des Unions de Consommateurs ne s’y est pas trompée : « La technique utilisée par l’industrie c’est de semer le doute et de se positionner comme dépositaire de la science » (La Tribune de Genève du 25 oct. 2017). « Dépositaire du savoir» : dans le procès contre Galilée, le protonotaire apostolique et secrétaire du pape Paul V écrivait à propos des partisans du savant : « Qu’ils demeurent donc plutôt avec l’Eglise, ennemie des nouveautés qu’il est séant de fuir ». L’Eglise comme lieu unique et mère du savoir. Aujourd’hui c’est d’une autre « Eglise » dont il s’agit mais avec la même arrogance et les mêmes méthodes qu’au bas Moyen-âge ! La violence exercée contre les opposants de tel pesticide ou contre les paysans résistant en Amérique du Sud  contre le vol de la terre témoigne de l’âpreté du combat. Aux partenaires du partage des ressources, soient-elles naturelles ou intellectuelles, et de leur bonne exploitation, les lobbies répondent, aujourd’hui comme au 17e siècle par la violence, qui peut aller jusqu’au meurtre, par la calomnie et des affirmations qui cachent - bien mal !- leur refus de tout partage et leur soif de pouvoir.

    Un combat religieux au sens positif et négatif

    Ce combat est religieux au sens positif et négatif du terme. Négatif, à cause du lien hélas toujours possible entre le glaive et le goupillon et à cause de cette prétention à parler au nom d’une instance toute puissante et nécessaire, Dieu alors, l’économie de nos jours. Il est religieux au sens positif, quand il est fondé sur le principe biblique (même si la bible n’en a pas l’exclusivité) que nous ne possédons pas l’origine du monde et que la terre a été créée avant l’humain à qui elle fut donnée et confiée.

    Galilée fut condamné en 1633 puis réhabilité 359 ans plus tard, en 1992 par le pape Jean-Paul II, l’accès à la connaissance ouvert par lui et ses devanciers, Gutenberg, Luther, Copernic, Calvin ne put jamais être refermé, malgré tous les essais. Il ne le sera pas aujourd’hui non plus. Car la revue que je cite présente le 17e siècle comme le passage d’un monde clos à l’univers infini. Oui, ce n’est pas fini ! Notre 21e siècle est toujours pris dans ce mouvement vertigineux. La lutte engagée pour le partage des ressources contre la volonté de grandes puissances économiques n’est pas si éloignée du combat de Galilée et Luther.

  • L'UDC irresponsable

    Possesseur d'un "trésor de guerre" volé, l'UDC jouit intensément de voir partis, milieux économiques, parlement et gouvernement se démener bravement pour nous faire sortir de l'impasse qu'elle a créée. Dès le début les Blocher et autres Amstutz sont restés en retrait, laissant avec délectation le désordre s'installer en Suisse et dans nos relations politiques et économiques et en rendant "les autres" responsables. Aucune proposition qui tienne la route, aucun projet sinon la répétition incantatoire d'une souveraineté suisse qui n'est qu'un fantasme. La dernière charge est l'ordre de vote donné aux parlementaires (ce qui contredit la Consitution).

    A propos de souveraineté du pays, je m'étonne de ne pas entendre ce parti (qui se targue d'être le premier de Suisse) sur les deux grands défis économiques, sociaux et environnementaux qui nous sont posés: TTIP et TAFTA. Il semble que, dans ce combat, la petite Wallonie ait tenu le rôle des Waldstaetten...

  • Propos de premier août

    « Au nom du Dieu tout puissant », ainsi commence la Constitution suisse. Quel sens lui donner?

    Lire la suite

  • 90 pages pour dépasser les clichés des "laïcs" sur le protestantisme

    Tel pourrait être le sous-titre de La Réforme, Matin du monde moderne publié chez Cabédita par Michel Grandjean, professeur d’histoire du christianisme à la Faculté de théologie de Genève. Je me prends à souhaiter, on peut rêver !, que ces pages soient diffusées aux enseignants ou parmi les adeptes d’une laïcité d’exclusion de la foi hors du champ politique. Si la lecture de ces pages pouvait les aider à renouveler leur regard sur le protestantisme La Réforme, Matin du monde moderne aurait rempli un signalé service au protestantisme et à la société des hommes…

    Lire la suite

  • Panama’s song et les éléphants d’Hannibal ou la chute des mythes helvétiques

    Et voilà que ça recommence. Comme une pièce trop connue ou une rengaine. Vous en n’avez pas marre, vous ? Ce dernier, mais pas ultime, volet de la pièce fait suite à bien d’autres.

    Lire la suite

  • Un dernier appel aux membres de l'UDC capables de bon sens

    Je vous appelle solennellement, vous membres du plus gros parti de Suisse, à faire amende honorable quand il est encore temps.

     

     

    Lire la suite

  • Faut-il abattre cet homme ? A propos du drame qui s’est joué à la rue Hofmann

    Une question de vocabulaire mais pas seulement !

    Le mot abattre a été quasi unanimement employé par la presse genevoise pour désigner le tir mortel du policier sur cet homme. Cela m’a choqué.

    Lire la suite

  • Après l'horreur à Paris pour re-vivre

    Samedi dernier au culte de ma paroisse j'ai entendu ces trois textes donnés à notre méditation. Ils m'ont frappé par leur simplicité et leur évidence. Je vous les livre.

    Lire la suite

  • Vous prendrez bien encore 20 minutes de silence ?

    24meditation.jpgTelle fut la question posée dimanche dernier 1er novembre au temple de la Fusterie après... une heure de silence!

     

    Lire la suite

  • UDC et MCG: une demande indécente

    La demande MCG-UDC, hélas acceptée par le parlement genevois, d'une session urgente extraordinaire sur le thème des réfugiés syriens (Le Courrier de ce 23 septembre) est scandaleuse et indécente. 

    Lire la suite

  • Permis de tuer - Un immense dégoût

    Le parlement hongrois vient donc de décider à une majorité de 90 % (~ 120 contre 12 députés) d’autoriser l’armée et la police à tirer sur les réfugiés, à certaines  conditions et pour autant que les tirs « ne soient pas mortels » (sic !).

    Lire la suite

  • Jeûne genevois et acualité

    Le Bureau de la Plateforme interreligieuse de Genève publie un mandement à l'occasion du Jeûne genevois (10 septembre).

    Lire la suite

  • Puissance de l'agent et faiblesse de la démocratie

    Ce qui se passe en Grèce, quels que soient les résultats des tractations actuelles met en évidence l'un sinon le plus grand défi des démocraties: comment laisser au peuple (démo, en grec) le pouvoir (cratie) quand les Etat sont soumis ou pouvoir de la ploutocratie, de (ploutos, l'argent en grec).

    Lire la suite

  • Les Eglises solidaires des paysans interdits de cultiver leurs prores semences

    Action de carême (AdC, catholique) et Pain Pour le Prochain (PPP, protestant) soutiennent la résistance paysanne au Honduras.

    Lire la suite